Lascaux AUTOUR du PASTEL Picasso
_ Lascaux _ Fouquet _ Jean Perréal _ Carrache _ François Lemoine _ Quentin de La Tour _ Toulouse-Lautrec _ Degas _ Rouault _ Picasso _
Accueil → Dessinateurs

Les Trois Crayons

Dessinateurs

Au temps des hominidés disparus il se trouvait déjà des petits non encore sevrés qui, un morceau de bois brûlé à la main, s'amusaient à tracer des traits sur la roche protectrice de leur abri; certains d'entre eux s'avéraient capables de dessiner ce qu'ils voyaient, sans l'avoir appris, à l'étonnement admiratif de leur parentèle, voire leur crainte devant cette magie peut-être opérative; sorcellerie assurément.
Cette simple évocation pour dire que le talent est inné et comme tel se repère très tôt. Notre peinture occidentale a été formalisée par, et pour, ces sujets d'élite que leurs pairs identifiaient, se réservaient et formaient à charge de poursuivre l'aventure.
Ainsi, tous les peintres, pastellistes, graveurs, enlumineurs ... sont d'abord et avant tout de formidables dessinateurs; leurs études, dessins préparatoires et autres esquisses ne sont pas que le fruit d'un savoir faire laborieusement constitué mais surtout l'éclatant révélateur de leur génie premier.
Cette page vous propose d'en profiter.

Quattrocento (15 ème siècle)
La Première Renaissance italienne, la fin du Moyen-Age. Brunneleschi : Duomo (le dôme de Florence), La perspective. Prise de Constantinople par les turcs (1453). Botticelli.
A cheval sur le Cinquecento (16 ème siècle)
La Haute Renaissance, Léonardo, Michelangelo, Raffaello. Rien que çà.

Léonard 1452-1519

Formé à Florence par Verrocchio qu'il surpasse en peinture mais pas en sculpture et dont il retient - et amplifie - la curiosité omnidirectionnelle. Maître à vingt ans.

Léonard de Vinci

Dessin

Figure drapée debout de face

Plume et encre brune, rehauts de blanc, 31,4 x 79,8 cm
Rennes, musée des beaux-arts, © Jean-Manuel Salingue

Léonard de Vinci

Dessin

Auto-portrait (attribution contestée mais universellement admise)

Vers 1516, Sanguine
Bibliothèque royale de Turin

Michel-Ange 1475-1564

Le sculpteur de la Pieta et du David, le peintre du Plafond de la Sixtine, l'architecte qui initie le Dôme de St-Pierre. Ses moeurs le pousse à introduire des nudités là où un léger voile n'aurait pas dénaturée l'oeuvre (certains s'en sont chargés ultérieurement).

Michel-Ange

Dessin

Chute de Phaéton (caduta di fetonte)

1533, Pierre noire sur papier, 31,2 x 21,5 cm
Domaine public, British Museum

Phaéton, fils mortel du Soleil voulut conduire le char de son père, provoquant un incendie catastrophique; Zeus, pour sauver la terre, dû faire choir le malheureux qui en périt. (Ovide, Les Métamorphoses)

Raphaël 1483-1520

Raffaello Sanzio, peintres, critiques et pissecopies sont unanimes dans leur admiration pour le "Divin Raphaël" malgré quelques lacunes en anatomie; c'est vrai que le Balthazar de Castiglione qui est au Louvre est une merveille. Mort à 37 ans d'une série de saignées parce qu'il avait la fièvre, que la honte soit des médecins de l'époque (et ceux du covid).

Raphaël

Dessin

Homme portant son vieux père (Enée et Anchise)

vers 1514, Sanguine
© The Albertina Museum, Vienna

Les Trois Crayons

Nous avons évoqué la technique des trois crayons à la page sur les pigments en peinture, voyons quelques dessins qui étaient pour certains destinés aux graveurs.
Illustrons le propos par cet exemple : le dessin et l'estampe avec Fr. Quesnel et Rob. Nanteuil.

François Quesnel 1543-1619

Famille de peintre, les tribulations de son père, Pierre, l'ont fait naître en Ecosse mais c'est en France qu'il sera employé. Peintre portraitiste, ici c'est le dessinateur que nous évoquons.

François Quesnel

Dessin

Pierre Jeannin

1615 Pierre noire, sanguine, 30,9 x 22 cm
BNF Gallica

Robert Nanteuil

Dessin

Pierre Jeannin

17è, Estampe
BNF Gallica

Pierre Mignard 1612-1695

Né à Troyes, dit "le Romain" car c'est Louis XIV qui lui impose le retour en France où il rivalise avec Lebrun auquel il succède comme directeur de l'Académie. Ses grandes compositions séduisent par leur simplicité, ses tableaux sont des évidences. Grand ami de Molière et de La Fontaine, illustre par la Galerie des Glaces et le dôme de l'église du Val-de-Grâce. Les sots qui croient que l'adjectif dérive de son nom pensent se donner un vernis d'esprit critique en affectant de trouver mièvre une peinture parfaitement aboutie.

pierre Mignard

Dessin

Têtes d'anges

Papier beige, Pierre noire rehauts de blanc, 13 x 9 cm, à G.
Sanguine et mine de plomb, 24,5 x 25,5 cm, à D.
Musée du Louvre, Département des arts graphiques

Voyons cet ange dans la situation que lui préparait Mignard. Inutile de nous faire remarquer que ce n'est pas un pastel !

pierre Mignard

Peinture

Le temps coupant les ailes de l'Amour

1694, Huile sur toile, 68 x 54 cm
Domaine public

Cette ouverture sur le dessin nous permet de voir de grands peintres non pastellistes :

Eustache Lesueur 1616-1665

Elève de Vouet Lesueur est au 17ème, avec Le Brun et Mignard, le créateur, à partir du Baroque italien, du Classique François.

Eustache Lesueur

Dessin

(à G.) Homme portant une pile de livres
(à D.) Jeune homme tenant un rouleau déployé

Papier gris, crayon noir et craie blanche, 44,3 x 26,1 et 41,9 x 25,3 cm
© service photographique de l'école nationale supérieure des beaux-arts

Il n'y a pas de système, ou de théorie, chez Lesueur. Il dessine, compose, colorie, il peint en somme comme il perçoit le monde et la vie, comme il pense qu'est la vie le monde et les dieux. (lisez, si vous les trouvez, les écrits de Couture)

Petrus Paulus Rubens 1577-1640

Voyons nos flamands d'alors.

Pierre Paul Rubens

Dessin

Portrait de Marie de Médicis

Entre 1610 et 1614, pierre noire, sanguine et rehaut de blanc, 35,6 x 27,8 cm
Musée du Louvre, Département des arts graphiques

Marie de Médicis, mère de Louis XIII, est alors Reine de France et Régente.

Jacob Jordaens 1593-1678

Flamand d'Anvers, contemporain, ami et rival renommé et riche de Rubens. Peintre illustre qui illustre la religion et des scènes de table colorées et animées.

Jacques Jordaens

Dessin

Etude pour une Vierge au pied de la croix

Vers 1650, pierre noire, sanguine et craie sur papier vergé, 28,8 x 26,5 cm
Musée du Louvre, Département des arts graphiques

Antoon Van Dyck 1599-1641

Anversois lui aussi, peintre précoce qui travailla dans l'atelier de Rubens, salué à Rome, mais qui fit carrière à Londres. Peut-être le seul peintre qui savait où se plantaient les clous des crucifiés. Un maître immense.

Antoine Van Dyck

Dessin

Les tourments des damnés dans l'Enfer

Pierre noire et lavis brun avec rehauts de blanc, 20,9 x 30,4 cm
Louvre, Département des arts graphiques

Ce n'est pas vraiement un Trois Crayons mais nous avons choisi ce dessin parce que l'on y aperçoit un de nos présidents.

Charles de La Fosse 1636-1716

Grand peintre de sa période, élève de Lebrun, rival de Mignard, employé pour les "grandes machines" comme la coupole du dôme des invalides (Saint-Louis remettant son épée à Jésus-Christ) ou la chapelle royale de Versailles (Résurrection), mais il pouvait tout faire.

Charles de la Fosse

Dessin

Tête de jeune fille, mains, pieds

Papier beige, Black, red and white chalk, 36,7 x 26,5 cm
Metropolitan Museum of Art

Antoine Watteau 1684-1721

Artiste singulier, peintre délicat dont l'ordinaire retient "les fêtes galantes" ce qui le date d'autant plus que sa vie fut brève. Sa biographie n'apporte rien : il est hors le temps. Ni Lebrun ni Poussin sa muse lui est propre, des traversées de lumière pour Turner, des personnages actifs dans des lieux aux couleurs impressionnistes, une poésie amère pour inspirer Verlaine, trop pur pour Baudelaire malgré l'esprit Régence, Watteau ne se laisse pas définir. D'ailleurs il est plus dessinateur que peintre, toujours le trait se perçoit et la couleur serait presque superfétatoire ou anecdotique, les académiciens qui l'avaient accueilli en 1712 durent s'interroger cinq ans plus tard devant Le Pèlerinage à l'île de Cythère, sa pièce de réception où rien de ce qu'ils enseignaient ne semble avoir été retenu.

Antoine Watteau

Dessin

Deux dames assises

1716, Papier beige, Pierre noire rehauts de craie blanche, 21,2 x 35,2 cm
Collection privée sur WikiArt

Sa peinture paraît dessinée, disions-nous, convenez que son dessin semble peint !

Antoine Watteau

Dessin

Tête de jeune femme penchée vers la droite

1716, Papier beige, Sanguine Pierre noire rehauts de craie blanche, 10 x 8 cm
Collection privée sur Google

Ce portrait fut gravé par Boucher.

Jean-Baptiste-Marie Pierre 1714-1789

Prix de Rome à 20 ans, 1er peintre du duc d'Orléans puis 1er peintre du Roi, académicien qui finit directeur de l'Académie Royale et des Gobelins. Si vous êtes à Paris passez par l'église Saint-Roch et voyez le plafond de la coupole que les révolutionnaires n'ont pas détruit. Peintre, dessinateur et graveur à ce point à l'aise avec l'administration qu'il a su mourir un mois avant la prise de la Bastille.

Jean-Baptiste-Marie Pierre

Dessin

Trois études d'hommes

Sanguine sur Papier, 19 x 25,4 cm
Musée du Louvre département des Arts graphiques

Jean-Baptiste-Marie Pierre

Dessin

Vieillard assis, endormi et enfant debout
Femme nue assise

Papier beige, Pierre noire rehauts de craie blanche, 21,3 x 14,8 cm, à G.
Sanguine et craie blanche, 46,6 x 32,5 cm, à D.
Musée du Louvre, Département des artd graphiques

Jean Honoré Fragonard 1732-1806

Tous les talents, formé par Boucher puis par Van Loo, peintre majuscule de sa période rococo et de son genre : la scène galante. Sa femme, sa belle soeur, son fils sont peintres et collaborent dans son logement-atelier au Louvre d'où la révolution va le chasser, le mettant sur la paille où il va mourir au lieu d'y faire des galipettes.
Alexandre-Évariste, son fils est peintre ainsi que son petit-fils Théophile et aussi ses arrières-petites-nièces Edma et Berthe Morisot

Jean Honoré Fragonard

Dessin

Deux têts d'anges

Papier beige, Pierre noire Sanguine et rehaut de blanc,24,9 x 34,8 cm
Paris musée du Louvre département des Arts graphiques

Jacques-Louis David 1748-1825

Jacques-Louis David

Dessin

Tête de Guerrier antique

fin 18è, Sanguine, 42 x 28 cm
Paris musée du Louvre département des Arts graphiques

Anne-Louis Girodet de Roucy-Trioson 1767-1824

Anne-Louis Girodet

Dessin

Portrait de femme

papier beige, Crayon noir, rehaut de blanc, estompe
© RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) - Michel Urtado

Consternant de perfection, songez que nous sommes à la fin du 18è, peut-être au tout début du 19è, la photographie n'existe pas et personne n'en a jamais vu bien sûr.

Jean-Auguste-Dominique Ingres 1780-1867

Natif de Montauban où il a son musée, élève de David, prix de Rome, il y reste près de 20 ans avant d'y revenir comme directeur. Grand dessinateur, grand coloriste, grand peintre; à force d'admirer les gens se lassent et se permettent des critiques, chipottent sur les facilités anatomiques qu'il se permet mais que serait la grande odalisque avec dix vertèbres de moins !

Jean-Auguste-Dominique Ingres

Dessin

Apôtre
Spectatrice

Papier, Pierre noire, 42,8 x 31,9 cm, à G.
Papier beige, Pierre noire, 24,9 x 12,7 cm, à D.
Musée Ingres à Montauban

La tête d'apôtre est destinée au tableau Jésus remettant les clés du paradis à Saint-Pierre, le personnage placé entre Jésus et Jean.
Le visage de la spectatrice pour Le martyre de saint Symphorien.

Jacques-André-Joseph Aved 1702-1766

Formé à Amsterdam, collectionneur, marchand, portraitiste, il eut Van Loo, Chardin et Mlle Allais pour élèves, entre autres.

Joseph Aved

Dessin

Jean-Baptiste Rousseau

Papier, pierre noire, et craie blanche
Collection particulière

Un dessin préparatoire pour un portrait exposé au salon de 1738. J.B. Rousseau poète religieux mais aussi licencieux qui fut banni après avoir été admiré.

Daniel Caffé 1750-1815

Un pastelliste qui vous propose ce trois-crayons étonnant :

Daniel Caffé

Dessin

Autoportrait avec son fils

vers 1800, Pierre noire, sanguine et craie blanche sur Papier beige, 53,2 x 40,2 cm
Musée du Louvre département des Arts graphiques

Plume Encre et Lavis

Jacques Stella 1596_1657

C'est une famille de peintres et de marchands-collectionneurs d'origine flamande en route pour l'Italie qui se fixe à Lyon au tournant du 17è siècle. Jacques fils de François est celui dont nous pouvons retenir la carrière au milieu de ses frères, soeurs, enfants, neveux et nièces (Bouzonnet) tous peintres, dessinateurs et graveurs.
En Italie pendant 18 ans, à Florence puis à Rome, il s'épanouit avec Vouet et Poussin. Il va connaître une mésaventure qui donne prétexte au tableau de Granet, plus bas, Stella en prison dont l'explication par Félibien est disponible ICI dans nos annexes.

Jacques Stella

Dessin

Le Christ et la samaritaine

Plume, encre brune, lavis gris, pierre noire, 23 x 17,3 cm
Louvre département des Arts graphiques

Le tableau de 1652 correspondant à cette étude se trouve dans l'église Notre-Dame de Bercy.

Joseph-Marie Vien 1716-1809

Prix de Rome, il fait prendre à la peinture un retour vers plus de classissisme, honoré il s'ennuie au Panthéon où il est le seul peintre.

Joseph-Marie Vien

Dessin

L'Amour apprend aux nymphes à viser droit au coeur

1796, plume, encre noire, encre brune, lavis, papier, 20 x 30 cm
Rouen, musée des beaux-arts

Joseph-Marie Vien

Dessin

L'amour rompant ses chaînes

1796, plume, encre noire, encre brune, lavis, papier, 20 x 30 cm
Rouen, musée des beaux-arts

Antoine-Jean Gros 1771-1835

Famille de pastellistes : son père, Jean-Antoine (1732-1790), professeur de dessin à toulouse, graveur monté à paris, avait d'abord pris pour épouse la soeur de Labille-Guiard pastelliste elle-aussi, puis après le décès de celle-ci reconvolé avec Pierrette-Madeleine-Cécile Durand (1745–1831) une autre pastelliste qui est la mère de notre Antoine. Cornaqué par son père et Vigée-Lebrun c'est un dessinateur précoce qui entre, à 14 ans, comme élève dans l'atelier de David.
Gros, plus tard baron pour la coupole du Panthéon, saisit les opportunités qui se présentent : en Italie Joséphine puis Bonaparte dont il illustre la fulgurance. Choyé sous l'Empire il va savoir prendre le train de la Restauration de même qu'il saura passer du néo-classique davidien au pré-romantique qu'il incarne. Sa gloire et ses moyens déclinant il quittera la scène en mettant fin à ses jours.

Antoine-Jean Gros

Dessin

L'incendie de Moscou

Encre brune lavis gris plume et crayon noir gouache (rehaut), 57 x 84 cm
musée du Louvre département des Arts graphiques, rmn.

Antoine-Jean Gros

Dessin

La mort de Timophane

Plume lavis d'encre de Chine lavis de bistre et rehauts de gouache, 45 x 58 cm
musée du Louvre département des Arts graphiques, rmn.

Timophane, de Corinthe, tué par son frère Timoléon. Ah ces tyrans.

François Marius Granet 1775-1849

Né et formé à Aix-en-Provence il est, à Paris, élève de David et donc compagnon d'Ingres et de Girodet, qualifié de chrétien pour ses cloitres, ce modeste va avoir une carrière honorable : après plus de vingt années passées en Italie il sera conservateur au musée du Louvre puis au Château de Versailles. Il est le concepteur-réalisateur de la Galerie des Batailes (merci Louis-Philippe).

François Marius Granet

Dessin

Scène dans une prison

plume, encre brune, lavis brun, papier, 24,3 x 30 cm
Rennes, musée des beaux-arts © Patrick Merret

Notons que ce dessin est peut-être une première réflexion pour Granet qui va peindre en 1810 Stella en prison une grande toile, près de deux mètres, au musée des Beaux-Arts Pouchkine. LA

Eugène Delacroix 1798-1863

Eugène Delacroix

Dessin

Dragon à cheval

lavis brun, pinceau, mine de plomb, 11,3 x 18,9 cm
musée du Louvre département des Arts graphiques, rmn

Eugène Delacroix

Dessin

Chemin éclairé dans un sous-bois

lavis brun, pinceau, 28,7 x 38,6 cm
musée du Louvre département des Arts graphiques, rmn

Romantique si l'on veut en tout cas clairement pré-impressionniste.

Ernest Meissonier 1915-1891

Par son excellence Meissonier conclut l'histoire de l'art académique. Toute ascension a son apogée qui est toujours suivie d'une redescente.

Ernest Meissonier

Dessin

Un sous-bois

pinceau, lavis brun, 10,3 x 19,5 cm
musée du Louvre département des Arts graphiques, rmn

Ernest Meissonier

Dessin

Cavalier dans l'orage (détail)

Plume encre brune mine de plomb blanc (rehaut) lavis brun, 25,7 x 35 cm
musée du Louvre département des Arts graphiques, rmn

Vous êtes invités à apprécier alternativement les dessins de Delacroix et ceux de Meissonier. Ce ne sont que des dessins essentiellement utilitaires mais le tempérament des deux peintres apparaît clairement. Le mépris posthume adressé à Meissonier par une critique niaise s'oppose au respect justifié qui l'a accompagné au long de sa carrière.
Meissonier sculptait des modèles, perfectionniste, il étudiait les détails de ce qu'il figurait, ici le cheval mais aussi son harnachement. Il est une référence en matière de costume, de coiffure, d'uniforme et d'armement. Il n'y a pas de place pour le sommaire et l'à-peu-près. Quant à l'"Effet" jugez plutôt.

Ernest Meissonier

Dessin

Le Voyageur (Napoléon, Ney) dans la tourmente

Cire cuir (rênes) tissu (manteau) sur squelette en bois, 47,8 x 60 x 39,5 cm
Musée d'Orsay, image Creative Commons

Fusain

Le sujet est largement abordé par ailleurs. Rendez-vous à l'article sur Auguste Allongé et suivez les liens vers son ouvrage et celui de Karl Robert. Vous pouvez les lire dans les annexes.

Horace Vernet 1789-1863

Petit fils de Joseph, fils de Carle. Académicien s'il en est, gloire de son époque. Ami de Géricault, sa fille aînée épouse Delaroche et sa cadette un autre peintre Adolphe Yvon.

Horace Vernet

Dessin

Scène de la vie bédouine : thé et pipe

1836, Papier chamois, fusain, gouache, aquarelle, 56,2 x 80 cm
Strasbourg, cabinet des estampes et des dessins

Théodore Chassériau 1819-1856

Son père, diplomate et agent secret, le fait naître et grandir à Saint-Domingue. Formé par Ingres et Delacroix, surdoué précoce mort encore jeune (37 ans) qui aimait les femmes; celles-ci transpirent un érotisme toujours présent dans ses oeuvres orientalistes.

Théodore Chassériau

Dessin

Portrait de femme

Fusain, estompe, 59 x 46 cm
Louvre département des Arts graphiques, rmn

Gustave Courbet 1819-1877

Voici l'étude préparatoire du gigantesque tableau (3,19 par près de 6,70 m) par lequel Courbet prétend enterrer tout à la fois la royauté, le romantisme, la bourgeoisie et les institutions. Cet agité verra les enterrements de sa deuxième république, du naturalisme qu'il croyait instaurer, de la Commune qui devint vraie fosse et accessoirement de sa fortune. Il reste, hélas, la Naissance du monde une dame certainement charmante mais qui n'a rien à faire, en cette tenue, dans un musée.

Gustave Courbet

Dessin

Un enterrement à Ornans

1849, Fusain sur papier bleu, 95 x 37 cm
Besançon, musée des beaux-arts et d'archéologie, © Guenat

Tableau

Thomas Couture 1815-1879

Doué mais limité, modeste mais fier de lui, physique niais mais esprit critique, couture cultive le paradoxe. Elève de Gros et Delaroche il met six ans pour obtenir un deuxième Prix de Rome et quitte les institutions pour ouvrir une école indépendante. Professeur de Manet et Puvis, auteur de Méthode et entretiens d'atelier (vous trouverez un lien dans les Annexes). Un peintre d'Histoire dont le savoir-faire s'est perdu, son tableau Les romains de la décadence annonçait-il la nôtre ?

Thomas Couture

Dessin

Pèlerinage de Bon-Secours

Fusain sur papier bleu rehauts de blanc, 42 x 50,5 cm
Louvre département des Arts graphiques, rmn

Thomas Couture

Dessin

Portraits, Maurice Sand à G., Béranger (70 ans) à D.

Fusain encre noire lavis, 38,9 x 28,9 cm et 1850, Crayon Fusain, 52,6 x 40,8 cm
Musée de la vie romantique

Maurice Sand 1823-1889

Baron Dudevant mais volontiers du derrière, fils à maman oisif qui touche à tout, dessin et peinture avec Delacroix, marionnettes et Comedia del Arte, entomologiste qui papillonne (oui c'est un pléonasme mais nous n'avons pas résisté !), illustration et croyances berrichonnes. Pas maladroit.

Maurice Sand

Dessin

Bonaparte à cheval

Papier brun, Fusain et rehauts de blanc, 50,4 x 37 cm
Musée du Louvre département des Arts graphiques, rmn

Georges Meunier - Karl Robert 1848-1899

Il s'appelle Meunier mais signe Karl Robert. Elève d'Allongé, comme peintre il est surtout aquarelliste, comme auteur il a écrit des manuels sur toutes les formes et manières de la peinture et surtout du dessin, comme éditeur il a édité Allongé et lui-même. Professeur de dessin et dessinateur évidemment.

Karl Robert

Dessin

Lavoir en bord de rivière

Fusain, 72 x 50 cm
Collection particulière, vente chez Salorges

Ernest Hébert 1817-1908

Prix de Rome, directeur de la villa Médicis, une carrière impeccable, portraitiste des dames de la bonne société mais il dédaigne le pastel. Il lui faut quelques fusains pour entrer dans ce site web.

Ernest Hébert

Dessin

Un coin de forêt à Barbizon (à gche)
Adela (à drte)

Fusain et craie blanche, 12,1 x 28,5 cm
Paris, Musée Hébert (à gche)
fusain, rehauts de craie, sanguine sur papier brun, 46,2 x 28,3 cm
Vente chez Castor-Hara (à drte)

Léon Lhermitte 1844-1925

Voyons ce que fait Lhermitte quand il n'est pas aux champs.

Léon Lhermitte

Dessin

Une soirée musicale chez Amaury Duval

Fusain, 82 x 115 cm
RMN musée d'Orsay, Jean-Gilles Berizzi

Léon Lhermitte

Dessin

La Cruche de cidre

1874, Fusain sur papier vergé, 40,5 x 55,5 cm
New York, Metropolitan Museum of Art

Émile-Alfred Dezaunay 1854-1938

Dezaunais, nantais, petit cousin de Jules Verne, ami de Maufra, peintre et graveur.
La pointe sèche est un procédé de gravure, souvent sur métal, à l'aide d'un stylet (acier ou diamant) qui se manie comme un crayon et donne des estampes en quantité limitée (numérotées).

Pierre Puvis de Chavannes 1824-1898

Puvis fut le formateur de Dezaunais qui fréquenta également l'atelier de Delâtre pour la gravure ; il y rencontra Maufra qui eut plus tard un atelier au Bateau-Lavoir.

Emile_Dezaunay - Puvis de Chavannes

Dessin

Jeune bretonne de Pont-Aven - Portrait d'Émile Dezaunay

Gche. 1895, pointe sèche, 28 x 20 cm, Quimper, musée départemental breton
Drte. Fusain sur papier beige avec estompe et rehaut, 30,6 x 22,7 cm, le Louvre rmn

Maxime Maufra 1861-1918

Nantais lui-aussi. A Pont-Aven en 90 avec Gauguin, au Pouldu en 91-92 avex Filiger, au Bateau-lavoir en 93. Bon peintre, graveur et lithographe qui s'installe finalement en Bretagne (Peintre de la Marine en 1916).

Maxime Maufra

Dessin

Belle-Ile-en-Mer, côte sauvage

1909, Fusain et aquarelle, 29 x 41,5 cm
Paris, musée du Louvre département des Arts graphiques, rmn

← Précédente
↑ Haut de page ↑
Suivante →