Lascaux AUTOUR du PASTEL Picasso
_ Lascaux _ Fouquet _ Jean Perréal _ Carrache _ François Lemoine _ Quentin de La Tour _ Toulouse-Lautrec _ Degas _ Rouault _ Picasso _
Accueil → Pastellistes → XXème p.5

3è République 1940 Etat français 1944 Epuration 1946 4è République 1958 5è République

←   Au XXème siècle   →

Photo

František Kupka 1871-1957

Né en Bohème, un esprit fertile et curieux, cultivé, académie des Beaux-arts de Prague, puis de Vienne, il vient vivre sa vie de bohème à Paris en 96. Il est tchèque mais sa carrière et sa vie seront en France où il étudie : biologie, physiologie, physique, optique, mécanique, archéologie. François, novateur en tout, suiviste en rien, refuse d'être catalogué.
Engagé volontaire il traverse la guerre de 14, pour en sortir Capitaine.
Théosophie (à Prague, en 89, il gagne sa vie comme médium), symbolisme, cubisme, surréalisme, abstraction, quel parcours !

František Kupka

pastel

Tango

1909, Pastel, 30 x 30 cm, ©

František Kupka

pastel

Etude pour Plans par couleurs. Grand nu

1909~10, Pastel sur papier vergé gris, 45 x 56 cm
Mnam, Crédit photographique : © Adagp, Paris

Tableau

Cette étude prépare le tableau que vous pouvez trouver en cliquant ICI.
Kupka, qui théorise beaucoup (voir son ouvrage La Création dans les arts plastiques) distingue les arts de l'instant, comme la peinture, de ceux qui s'inscrivent dans le temps qui s'écoule, comme la musique ou la poésie. Les plans à l'analogue des notes ou des mots sont sensés marquer des étapes dans le ressenti du spectateur.
"A noir, E blanc, ..." de Rimbaud, "Les parfums les couleurs et les sons se répondent" de Baudelaire. Correspondances.

František Kupka

pastel

Femme cueillant des fleurs

1910~11, Pastel sur papier, 48 x 52 cm
© Centre Pompidou, Mnam, don d'Eugénie Kupka 1963
photo Georges Meguerditchian © Adagp Paris 2008

En marche vers l'abstraction, Kupka décompose, ici, le réel pour tenter le retour à l'un. Privilège divin.

František Kupka

pastel

Non titré

1910, Pastel sur papier, 23,5 x 20,8 cm
Peggy Guggenheim Collection, Venice © František Kupka, by SIAE 2008

— Là non plus, il n'y a pas de titre...
— C'est la scène du puits.
— ... vi vi vi ... Tu as raison, d'ailleurs à Lascaux non plus il n'y a pas de titre !

František Kupka

pastel

Localisations de mobiles graphiques I

1912, Pastel sur papier, 32,9 x 31,6 cm
Peggy Guggenheim Collection, Venice © František Kupka, by SIAE 2008

Antoine Bourdelle 1861-1929

Sculpteur, élève de Rodin, Bourdelle est aussi un peintre et un dessinateur prolifique. Ses portraits au pastel sont nombreux et parfaitement maîtrisés.

Antoine Bourdelle

pastel

Portrait de Marie Laprade

Pastel sur papier, 47,1 x 37,2 cm
Paris, Musée Bourdelle

Marie Moulenq devenue Laprade est l'amour de jeunesse et de toujours de Bourdelle qui a multiplié jusqu'à l'obsession les sculptures, les poèmes, les peintures, les dessins et les pastels de celle dont le fils Pierre devint son élève.

Ossip Zadkine 1890-1967

Sculpteur lui aussi, russe né à Vitebsk (Biélorussie), en France dès 1909, ami avec Modigliani, il est LE sculpteur cubiste.
Nous ne lui connaissons que cet unique, et intéressant, pastel.

Ossip Zadkine

pastel

Au café

1921, Pastel et fusain sur papier, 64 x 49,2 cm
Hirshhorn Museum and Sculpture Garden, Smithsonian Institution, Washington, DC, The Joseph H. Hirshhorn Bequest, 1981

La sculpture cubiste est un non-sens. Le cubisme balbutie avec Cézanne qui cherche à représenter les différentes vues possibles d'un même objet. Cet objectif va le conduire, et surtout ses successeurs, à s'affranchir de la perspective et à dessiner sur un seul plan, celui de la toile, les autres plans (arrière, dessus, côté ...) susceptibles d'être porteurs d'informations enrichissantes. Tout ce souci consiste donc à faire de la 3D en deux dimensions !
Oui, oui, oui, c'est ce que fait la sculpture depuis toujours. L'amateur accède naturellement à tous les plans simplement en faisant le tour de la statue.
Et voilà des peintres qui veulent sculpter à plat et des sculpteurs qui veulent peindre en volume.

— Vous avez dit 'Non-Sens"! Et que pensez-vous des hologrammes et des imprimantes 3D ?
Ah Mais !

Photo

Maurice Mendjizky 1890-1951

Polonais doué pour le dessin et la musique il arrive à Paris en 1906, passage aux Beaux-Arts, puis Berlin pour l'apprentissage de la composition musicale, service militaire en Russie qu'il écourte pour revenir à Paris, il sera français. Il fréquente Modigliani, Picasso et Renoir qui lui fait découvrir la lumière et les couleurs du midi. Une liaison de 3 ans avec Alice Prin (Kiki). Saint-Paul-de-Vence, mariage (Rose), Claude et Serge ses fils. Résistance, il fonde la 8è Cie de FTP à Nice. Quinze jours avant la libération Claude est capturé et fusillé, Maurice ne s'en remettra pas, divorce, développe un cancer et meurt à 61 ans.
Un siècle plus tôt il aurait été un Maître ce qu'atteste ses toutes premières oeuvres, mais il est de son époque, découvre Matisse, les cubistes et les folies des Années-Folles au milieu desquelles il garde néanmoins et en partie son quant-à-soi.
La couleur devient prédominante, souvent excessive dans ses paysages trop verts, trop crus sous des ciels trop bleus. Le foisonnement qui y règne embarrasse le regard mais dans les portraits, certes colorés, la simplicité du motif permet à son talent inné de s'exprimer : il capte les visages et fait "ressemblant" comme peu.
Parlant polonais russe allemand et yiddish, ébranlé par la perte de toute sa famille (son père sa mère et ses soeurs) en Pologne, il réalise une série de 35 dessins du Ghetto de Varsovie, en noir et blanc, sans blessures ni cadavres, simplement l'atrocité de l'effondrement d'un peuple, la fin de l'espoir, les bras qui tombent. Une oeuvre poignante que vous trouverez ici.

Maurice Mendjizky

pastel

Portrait d'homme

1914, Pastel sur papier, 55 x 42 cm
Collection personnelle, Galerie Palmyre

Ce pastel de jeunesse dans lequel Mendjizky est encore vierge des influences du moment témoigne du talent et du savoir-faire sous-jacent au reste de son oeuvre dont il reste peu représentatif.

Maurice Mendjizky

pastel

Portrait de femme

1944, Pastel sur papier bistre, 37,5 x 29,5 cm
Collection personnelle, vente Oger-Blanchet

Trente années séparent ces deux pastels.

Henri Le Sidaner 1862-1939

Influencée par l'Impressionnisme puis le Symbolisme son oeuvre est autonome, sereine, empreinte, comme lui, d'un certain mystère.

Henri Le Sidaner

pastel

Les marches de marbre rose à Versailles

1921, Crayons de couleur, pastel, craie et crayon sur papier, 13,4 x 15,9 cm
Collection particulière

Versailles où il réside les 30 dernières années après avoir vécu à Etaples - Réalisme mélancolique - puis dans l'Oise - Intimisme sentimental -, avoir voyagé durant 10 années - décors poétique où la couleur commence à s'épanouir-.

André Lhote 1885-1962

Bordelais. Cubiste théoricien et enseignant (Académie de la Grande Chaumière). Volontier "Art déco" il garde un fond traditionnel.
Notons, pour le fun, parmi ses élèves, Serge Guinsbourg, Henri Cartier-Bresson ou Tamara de Lempicka.

André Lhote

pastel

Le port de Bordeaux

1913, Pastel sur papier, 48 x 63 cm
(c) ADAGP photo F. David

André Lhote

pastel

Bordeaux, le bassin à flot

1915, Pastel sur papier, 48 x 58 cm
(c) ADAGP photo F. David

André Lhote

pastel

Buste de femme nue

~1934, Pastel sur papier, 48 x 63 cm
Paris Musée d'Art Moderne © Adagp, Eric Emo/Parisienne de Photographie

Maria Blanchard 1881-1932

Espagnole, victime de nanisme et de malformations, sa mère est franco-polonaise, elle étudie à Paris, côtoie Diego Rivera, Juan Gris et André Lhote, un temps cubiste. Sa fin de vie est marquée par la dépression et la religion pour finalement mourir de la tuberculose. Triste existence, ses oeuvres en pâtissent.

Maria Blanchard

pastel

Jeune fille à la fenêtre ouverte

1924, Pastel sur papier, 91 x 63,5 cm
© The Samuel Courtauld Trust, The Courtauld Gallery, London

Photo

Gen Paul 1895-1975

Il faut bien du talent pour vivre de la peinture jusqu'à 80 ans quand, né parigo-montmartrois, revenu unijambiste de la guerre de 14, n'ayant pas fréquenté l'école bien longtemps et surtout pas les Beaux Arts, et, s'être compromis avec Céline et Otto Abetz, n'avoir rien renié convaincu d'avoir fait ce qu'il pouvait; bien du talent et bien de la bibine.

Ci-dessous nous sommes avant 1925, Gen Paul signe Paul Trélade (Delâtre en verlan, qui lui a appris l'aquatinte), côtoie, au Bateau Lavoir, Juan Gris, de Vlaminck, Utrillo et est influencé par Léger, Picasso, et ceux qui passeront du Montmartre franchouillard au Montparnasse cosmopolite ...

Gen Paul

Galerie

à G. La Mère Catherine, à D. Violoniste en rouge

à G. Gravure en couleur, signée Paul Trélade, à D. Huile, 94 x 60 cm
à G. Gazette Drouot, à D.Paris, © Adagp, photo RMN Philippe Migeat

Années 30, il expose, il vend, il boit, il enseigne l'argot à Céline avec qui il drague les danseuses (Céline lui a appris à les "masser").

Gen Paul

Carte postale

Montigny

Une carte postale hâtivement colorée dont il tire cette peinturlure galimatiesque.

Gen Paul

Gouache

Montigny

1930, Gouache, 48,5 x 63 cm
Collection particulière

Gen Paul (il se prénome Eugène et signe Jen, vous trouverez donc les deux orthographes) se classe parmi les expressionnistes, il nous fournit l'occasion d'en glisser deux mots :
Si l'Impressionnisme est français l'Expressionnisme est allemand, élargissons même à germano-nordico-viennois, comme la psychanalyse. L'idée est de susciter chez le spectateur une réaction destinée à lui faire éprouver la même sensation que celle qui étreint l'artiste, nul besoin de représenter le réel, il est préférable de le distordre ou de tenter de l'évoquer par des artifices. La porte est ouverte sur toutes les tentatives, sur tous les courants : Cavalier bleu ("Blaue Reiter"), Sécession berlinoise (plus soft), et pour tous les arts : musique, théâtre, cinéma, littérature, peinture qui nous intéresse ici. Citons Munch, Schiele, Kandinsky et chez nous Rouault, Soutine et son ami Gen Paul (qui se référait volontiers à Goya).

Après guerre son expressionnisme tend à devenir abstrait, il dessine plus qu'il ne peint, crayons de couleurs (Crayolor Conté), plume, pastel gras.

Gen Paul

Galerie

à G. Christ, à D. Faire part

Son fils, Gen, naît à Genève en 53
Chez Oger-Blanchet

Une série de musiciens — il a créé une fanfare dans le Montmartre d'après guerre, il y soufflait dans un cornet — et une femme lascive.

Gen Paul

Galerie

Le nazisme et l'Inquisition brûlaient les livres qui leur déplaisaient, essayons, voulez-vous, de se montrer moins totalitaires, on ne résout rien en niant les problèmes et parlons de Céline. Vous devez le lire si ce n'est déjà fait, c'est une langue, c'est un genre, c'est un géant de la littérature française. Au vingtième siècle il y a Proust et il y a Céline. C'est un fait. Humainement il s'est couvert d'ignominie, il était médecin des pauvres, apitoyé et généreux, il fut la saloperie antisémite faite homme. Paradoxe. Au retour de Sigmarigen il termina sa vie à Meudon dans un pavillon barbelé gardé par des bas-rouges.
Dans les années 20, il est voisin de Gen Paul, ils sont amis et collaborent (!) voyez les illustrations du Voyage... et de Mort à crédit, si ils se fâchèrent plus tard c'est uniquement pour des histoires de filles, pas pour des dissonances politiques. Gen Paul traversa miraculeusement l'Epuration, resta chez lui où il a toujours vécu et continua son "petit bonhomme de chien" fait de dessins de plus en plus "épurés" si vous nous permettez l'"expression".

Allez, quitons-le sur une bonne impression, cette explosion :

Gen Paul

Pastel

Deux clowns

Bernard Buffet 1928-1999

Parisien précoce de la rue des Batignoles, entre aux Beaux-Arts à 15 ans, une vente à 18 ans, 1ère vente à l'Etat à 19, contrat à 20 ans avec son galeriste Maurice Garnier qui va organiser une exposition chaque année avec un thème différent. A 30 ans il quitte Pierre Bergé pour épouser Anabelle. Académicien à 46 ans. Suicidé (sac-plastique) à 71 ans (Parkinson).
Une carrière rondement menée avec un genre Expressionniste très personnel, tout en angles et lignes marquées. Connu universellement et identifié au premier regard.
Une production considérable d'où nous extrayons ces quelques études au pastel.

Bernard Buffet

pastel

La plage de Cannes

1960, Pastel, encre et crayon sur papier, 50 x 64,7 cm
Collection particulière, Drouot vente Leclere

Bernard Buffet

pastel

Tête de clown

1966, Aquarelle, pastel et encre sur papier marouflé sur Isorel, 31 x 24,35 cm
Collection particulière, Drouot vente C. de Saint Cyr

Bernard Buffet

pastel

Sur le quai

Aquarelle, pastel et encre de chine, 47,5 x 63,5 cm
Collection particulière, Drouot vente Hahn&associés

← Précédente
↑ Haut de page ↑
Suivante →