Croix
Flèche Flèche
Lascaux AUTOUR du PASTEL Picasso
_ Lascaux _ Fouquet _ Jean Perréal _ Carrache _ François Lemoine _ Quentin de La Tour _ Toulouse-Lautrec _ Degas _ Rouault _ Picasso _
Accueil → Pastellistes → XXème p.2

3è République 1940 Etat français 1944 Epuration 1946 4è République 1958 5è République

←   Au XXème siècle   →

Edvard Munch 1863-1944

Norvégien fragile, son père est médecin mais la tuberculose rode dans la maison et emporte sa mère alors qu'il n'a que 5 ans et sa soeur aînée à 15 ans. Sa soeur cadette sera internée à 20 ans pour finir sa vie à l'asile. Il étudie à l'école royale de dessin puis à Paris auprès de Bonnat et Thaulow, il est réaliste, symboliste, naturaliste, expressionniste, berlinois, parisien, mais surtout nordiste et germanophile, ce qui n'empêchera pas les nazis de le mettre à l'index. L'alcool et la dépression vont le conduire à séjourner dans une clinique de soins neurologiques à Copenhague en 1908. Son oeuvre est considérable mais arrêtons-nous sur Le cri (Skrik en norvégien).

Edvard Munch

pastel

Le Cri

1893, Huile, tempera et pastel sur carton, 91 x 73,5 cm
Galerie nationale d'Oslo, (c) Domaine public

Oui arrêtons-nous. Universellement connu et commenté, vendu près de 120 millions de $ en 2012, un record, quel est le ressort qui pousse notre société à cette fascination pour le morbide, quelle névrose enracine et interpelle ainsi nos contemporains ? La peur de ce qui va advenir ou l'horreur de ce que nous sommes ? Tragique.
Munch est malade, mais le serions-nous tous ? Probablement. La différence tient seulement au degré d'enfouissement. Freud peut venir, il ne révélera que ce que les sociétés traditionnelles savaient depuis toujours : la bête humaine a grand besoin d'être canalisée ; grottes ornées, initiations, chamans, sorciers, prêtres, psy-je-ne-sais-quoi, dormez tranquilles braves gens une cellule de soutien a été mise en place !
Il existe 5 versions de cette oeuvre dont une lithographie, Munch qui y est revenu de 1893 à 1917 a fourni des explications : son émotion devant un ciel rouge-sang (qui serai dû à l'éruption du Krakatoa quelques années plus tôt), son père, en retard lors de son départ en bateau, qui courre sur l'estacade en criant son nom. D'autres mentionnent l'exposition d'une momie péruvienne, très ressemblante. Peu importe, l'oeuvre est là, avec en arrière plan le fjord d'Oslo et la contemplant le vingtième siècle et ses oeuvres.

Egon Schiele 1890-1918

Vienne, austro-hongrois, peintre déviant, pornographe emprisonné, mort de la grippe espagnole.
Schiele et ses laudateurs font partie de ces excessifs pour qui l'obsédante liberté de l'artiste autorise tous les débords. Un génie peut être malade mais tous les malades ne sont pas des génies. Ses obscénités masturbatoires, même au pastel, n'ont pas leur place ici, alors que reste-t-il ? des paysages sans intérêt et des autoportraits de contorsionniste agité par l'épilepsie. Faites fi, bonnes gens ! Décharner les corps ne libère pas les âmes.

Egon Schiele

pastel

Autoportrait, bras en arrière

1915, Fusain pastel et gouache, 33 x 45 cm
Collection privée Kornfeld/p>

Du sous-Klimt. Quand Munch peint la souffrance du monde Schiele ne s'intéresse qu'à la sienne et si vous y trouvez la votre empressez-vous de refermer le couvercle.

Portrait

Suzanne Valadon 1865-1938

Fille naturelle et fille mère, acrobate, elle apprend la peinture en posant, Puvis de Chavannes, Edgar Degas, Renoir, Toulouse-Lautrec... Elle est belle et elle est douée, son succès, mérité, doit tout à son talent et rien à ses coucheries.

Son portrait par Steinlen →

Notons qu'elle n'est pas la seule modèle ayant dérapé dans la peinture; Victorine Meurent, le modèle préféré de Manet (Olympia), fit la même reconversion après un passage chez Julian.

Nous consacrons ICI une page à ces femmes parfois déconsidérées mais souvent reconnues.

Suzanne Valadon

pastel

Auto-portrait

1883, Pastel sur papier, 43,5 x 30,5 cm
Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais / Jacqueline Hyde

Elle est la mère de Maurice Utrillo.

Jeanne Rij-Rousseau 1870-1956

Précurseur oublié. Née Jeanne Caffier, fut épouse Rousseau puis Loiseau, des époux qui la mettent hors du besoin. Muse et égérie du tout Paris des arts pendant 40 ans. Veuve en 41 elle aura une fin de vie misérable.
Créatrice du Vibrisme qui lui confère des couleurs vives, peintre cubiste, liée à Juan Gris, elle personnalise le cubisme par une triangulation originale et semble-t-il peu théorisée. Elle côtoie les Nabis, se lance dans la tapisserie, crée le Groupe des Femmes Peintres et introduit le sport parmi les thèmes de la peinture.
Ce pastel et ce tapis.

J. Rij-Rousseau

pastel

Guitare

Pastel sur papier, 48,3 x 67 cm
Boston, Museum of Fine Art, Gift of Mr. and Mrs. Stuart P. Feld

J. Rij-Rousseau

Tapis

La Ville

Laine nouée, 125 x 106 cm
Berdj Achdjian’s collection

Rij-Rousseau ne se contente pas de dessiner le carton (1908) mais noue elle-même la laine (et parfois la trame). Elle fut couturière avant de rencontrer Rousseau qui la poussera vers la peinture.

Mathurin Janssaud 1857-1940

En Bretagne il n'y a pas que Pont-Aven, à Concarneau des peintres, plus sages, venus de tous horizons se sont réunis pour constituer au fil du temps, sur près d'un siècle, un groupe finalement assez homogène au sein duquel Janssaud nous intéresse : il est surtout pastelliste.
Né à Manosque, marié à Paris, Commissaire général des expositions de la Société des Aquarellistes et pastellistes, son oeuvre, en cours de découverte, est faite de scènes, marines, portuaires, champêtres, colorées et plutôt académiques.

Mathurin Janssaud

pastel

L'attente des femmes de pêcheurs

Pastel, 44 x 62 cm
Collection particulière

Mathurin Janssaud

pastel

Le passeur

Pastel, 33 x 41 cm
Collection particulière

Mathurin Janssaud

pastel

Retour de pêche

Pastel, 26 x 40 cm
Collection particulière

Mathurin Janssaud

pastel

Les lavandières

Pastel, 50 x 65 cm
Collection particulière

Mathurin Janssaud

pastel

Levé de lune

Pastel, 41 x 56 cm
Collection particulière

Renouveau de l'Art Sacré

Georges Desvallières 1861-1950

Une formation sérieuse : Elie Delaunay, Gustave Moreau, académie Julian puis Beaux-Arts chez Valloton et pour finir un voyage d'étude en Italie.

Georges Desvallières

pastel

Tolède; La Nuit de l'émir

1888, Pastel sur papier bleu, 33,5 x 30,1 cm
Photo (C) RMN-Grand Palais (musée Magnin)

Le modèle, que l'on retrouve dans plusieurs de ses toiles, est le jardinier (Cadou) de son grand-père Ernest Legouvé.

Georges Desvallières

pastel

Marguerite Desvallières

1892, Pastel, 90 x 57,3 cm
Musée Gassendi, Digne-les-Bains, © Catherine Ambroselli de Bayser, 2010

Il a épousé Marguerite Lefebvre en 1890 avec Moreau et Delaunay comme témoins. Ils eurent six enfants.

Georges Desvallières

pastel

Joueurs de balles

1894, Pastel, 141,5 x 141,5 cm
Collection particulière © Catherine Ambroselli de Bayser, 2010

Par Félix Valloton et Maurice Denis il est proche des Nabis, des symbolistes par Moreau et Rouault, de la "Bande noire" par René Ménard.

Georges Desvallières

pastel

Aeternum Transvertere

1901, Pastel, 215 x 421 cm
Musée d'Orsay, Paris © Catherine Ambroselli de Bayser, 2010

Non, il ne manque pas une virgule, c'est bien un pastel de plus de 4 mètres de large ! Un record ?

Desvallières est un homme qui s'engage et assume les responsabilités, cofondateur du Salon d'automne en 1903 il en sera le président de 1937 à sa mort, Conservateur du Musée Moreau à la suite de Rouault en 1929, issu d'un milieu conservateur et catholique il est, dans les années 30, avec Jacques Maritain partisan d'un christianisme social. Il perd son second fils, Daniel, en 1915, tué sur le front; lui même engagé au 6è Chasseur fait le voeu, tel Clovis avant Tolbiac, de consacrer sa peinture à Dieu et en 1919 il va fonder avec Maurice Denis les "Ateliers d'art sacré" qui jusqu'en 47 vont se dévouer à renouveler et moderniser le style du décors sulpicien, souvent à l'encontre du clergé lui-même.
Il réalise aussi les cartons des vitraux de l'ossuaire de Douaumont.
Une activité qui laisse peu de place au Pastel.

Kees van Dongen 1877-1968

Une biographie que sa vie contredit ! Né Hollandais il est devenu français; classé fauviste, il ne l'est que le temps du Salon d'automne; connu comme anarchiste, il a certes illustré Kropotkine mais rien par la suite ne vient entretenir cette réputation; peintre mondain il est surtout opportuniste; dénoncé collabo, par la tournée Breker avec Belmondo Derain Vlaminck, il devient Officier de la Légion d'Honneur en 54; son style n'appartient qu'à lui mais il fut proche de Matisse et de Picasso, passa du Bateau Lavoir à Montparnasse, d'Arletty et Chevalier à Brigitte Bardot et de Deauville à Monaco.
Alors, alors ? Les peintres ne se laissent définir, comme tout un chacun, que par ceux qui simplifient pour tenter de mieux voir. A trop cerner le trait on enferme le personnage, les aplats sont pertes de nuances et les symboles ne représentent souvent qu'une pensée confuse. Mais il demeure que Van Dongen n'est pas pastelliste, nous nous contenterons donc de quelques dessins en regrettant de n'avoir pas à montrer un de ces jolis visages de femme trop maquillée, aux yeux si grands que, peut-être, est-ce la tête qui serait trop petite.

Bon, vous l'aurez voulu, une huile au clic. ICI

Tableau

Kees van Dongen

pastel

Femme cousant

Encre, aquarelle et pastel sur papier boucher, 39 x 27 cm

Femme au chapeau jaune (Mme Letellier)

22 x 11 cm

Georges Braque 1882_1963

Fils de peintres en bâtiments, écolier médiocre, une première formation de peintre décorateur, des débuts qui n'augurent pas ce qu'il va devenir : le Maître, l'Initiateur, le Responsables des virages du 20ème siècle.
Un homme intelligent, discret, qui comprend ce qu'il fait. L'opposé de son ami-rival Picasso.

Fauve dans un premier temps, 1905-06, il analyse ce que voulait Cézanne et s'abstrayant de la perspective traditionnelle il modifie les points de vue pour explorer les volumes non pas de l'objet mais du sujet. Il s'agit de peindre ou plutôt de représenter l'idée que l'on se fait du motif. Le virage cubiste est ainsi amorcé tandis que Picasso qui ressent le même besoin pense qu'il suffirait de se vouer aux primitifs qu'il vient de découvrir.
Nous ne disposons pas de pastel de cette période ni du cubisme qui va suivre leur coopération — Picasso lui-même parle de "Cordée Braque-Picasso", empruntant cette image aux alpinistes, pour souligner combien ils se complètent et s'épaulent — et ne pouvons vous présenter que ceux-ci, tardifs.

Georges Braque

pastel

Le maquereau

1944, Pastel sur papier, 48 x 63 cm
Collection privée

Georges Braque

pastel

Nature morte, fleurs

Pastel sur papier, 48 x 33 cm
Collection privée

Pablo Picasso 1881-1973

Portrait
Picasso par Juan Gris
© Public domain

Un bref rappel de sa carrière :
• — Formation à Barcelone avec son père, puis à Madrid.
• —Vers 1900, Impressionnisme et Post-Impressionnisme, c'est la période bleue, plutôt triste, jusqu'en 1904 l'année où il "monte" à Paris.
• — Période rose, plus optimiste, jusqu'en 1906.
• — Rupture, influence de l'art dit Primitif, influence aussi de Cézanne. 1907 Les demoiselles d'Avignon.
• — Déconstruction des deux dimensions et couleurs éteintes avec Braque pour développer le Cubisme, théorisé par Metzinger, jusqu'en 1914, c'est Apollinaire qui s'en fait le chantre.
• — Retour à un certain classicisme de 1919 à 1927. Influence du Surréalisme pour aboutir aux déformations que l'on trouve dans Guernica en 1937. Antifranquisme, parti communiste.
• — Après la guerre, icône de la bien-pensance, il s'installe à Antibes puis Vallauris, pour y multiplier les épouses et les billets de banque.

Pablo Picasso

pastel

Portrait de sa mère

1896, Pastel

A 15 ans, un talent somptueux qu'il va s'ingénier à contrarier par suivisme et manque d'esprit critique.

Pablo Picasso

pastel

Fille bohémienne devant La Musciera

1898, Pastel sur papier, 44,5 x 59,7 cm
Collection particulière

Période de formation. Cloisonnisme, préfauvisme.

Pablo Picasso

pastel

L'Etreinte

1903, Pastel, 98 x 57 cm
Paris, musée de l'Orangerie
Photo RMN-Grand Palais (musée de l'Orangerie) / Hervé Lewandowski

Période bleue. Quel gâchis, savoir faire pour faire ça !

Pablo Picasso

pastel

Famille d'acrobates avec singe

1905, Gouache aquarelle pastel et encre, 104 x 75 cm
Göteborgs Konstmuseum © Succession Picasso/BUS 2015

Pablo Picasso

pastel

Maternité

1905, Pastel, 65 x 50,5 cm
Collection privée

Période rose. Madeleine venait de perdre leur enfant, Fernande va la remplacer, en attendant Eva.
Son talent éclate ici, attardez-vous sur la tête et la main du nourrisson, sur le regard de la mère...

Pablo Picasso

pastel

Esquisse pour les Demoiselles d'Avignon

1907, Pierre noire et pastel crayon sur papier, 47,7 x 63,5 cm
Kunstmuseum Basel, Martin P. Bühler

Pablo Picasso

pastel

Deux baigneuses

1920, Pastel sur papier, 108,5 x 75,8 cm
© musée Picasso, Paris / Videomuseum, Direction des musées de France, 2008
Photo © Succession Picasso 2008 ; © RMN

Minable.

Pablo Picasso

pastel

Nature morte

1921, Pastel, 24,5 x 32 cm
Collection particulière en provenance de la collection André Lefèvre

La guerre de 14 qui l'a fait voyager en Italie lui a donné l'occasion de rencontrer les ballets russes et d'épouser Olga.

Pablo Picasso

pastel

Tête de femme

1921, Pastel sur papier, 65,1 x 50,2 cm
New York The Met, Bequest of Scofield Thayer, 1982. © 2018 Estate of Pablo Picasso / Artists Rights Society (ARS), New York

Etude pour Three Women at the Spring (au MoMa); les trois femmes semblent être Olga Kokhlova. Néoclassique.

Pablo Picasso

Tableau

Arlequin assis

1923, Huile sur toile, 130,2 x 97,1 cm
Bâle, Kunstmuseum, Martin P. Bühler

Nous faisons exception avec cette huile pour souligner combien ses aventures picturales étaient vaines. Sous la bêtise le talent était toujours là. Prêt à jaillir.

Pablo Picasso

pastel

Femme assise sur la plage

1937, Huile, fusain et pastel sur toile, 131 x 163,5 cm
© Lyon MBA Photo Ojéda-Le Mage. Legs Jacqueline Delubac, 1997© Succession Picasso 2014

Une réussite fulgurante qui nous livre le fond picassiesque : les pieds démesurés, ici au premier plan, la microcéphalie, ici rabaissée. Ancrage dans la glèbe dont il ne peut s'abstraire, négation de l'intellect et bien sûr du spirituel.

Plus ou moins théorisé par André Breton, le Surréalisme se propose d'illustrer la pensée indépendamment du contrôle de la raison et sans souci esthétique.

Quand les niais écoutent et singent d'autres niais qui se font passer, auprès d'eux, pour des intellectuels, les bobos - le vocable est contemporain mais l'espèce est intemporelle - se croient tenus d'admirer.
Ce que l'on prétend être la formation du goût, qui serait une forme d'accès à la Culture, n'est que l'assujettissement aux modes, une forme prétentieuse du conformisme.

Pablo Picasso

pastel

Buste d'homme au chapeau

1969, Fusain, pastel, gouache, huile et craie sur papier, 98 x 56 cm
photo © Georges Meguerditchian - Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP © Succession Picasso

En conclusion : Force brute et dispersion avec une constante : le mauvais goût.
A ceux qui nous ont reproché ce propos nous disons notre regret d'avoir oublié le mot Vulgarité.

Dora Maar 1907-1997

Peintre, Julian et Beaux-Arts, Photographe professionnelle, gauchiste qui fréquente les surréalistes, elle fut détruite par un Picasso déjà vieillissant et achevée par un Jacques Lacan électro-choqueur dissident.

Dora Maar

pastel

Paysage à Ménerbes (Vaucluse)

1950, Encre sur papier, 27 x 21 cm
Houston, MFA, Gift of Galerie Laura Pecheur
© 2014 Artists Rights Society (ARS), New York / ADAGP, Paris

Tsugouharu Foujita 1886-1968

Japonais, fils de Médecin militaire (Général), peintre de guerre au service de son pays de 39 à 45. Curieuse biographie n'est-ce pas, qui dit la réalité profonde du personnage, le reste est superficiel comme son oeuvre de petit peintre. Nous sommes devant un manipulateur qui réussit à séduire la planète des arts, critiques et peintres, en jouant d'un dandysme naïf puis d'une respectabilité qu'il acquiert par sa naturalisation et son baptême.
Visages sans expression, incapacité à dessiner les mains, yeux vides et trop ouverts des enfants, seuls quelques vues de rues et d'immeubles pourraient mériter notre attention; les oeuvres religieuses de sa fin de vie — madones, calvaires, vierges à l'enfant — font douter, par leur laideur, de l'authenticité de sa conversion.
Louons cependant sa sûreté de trait, héritée de la calligraphie orientale, réalisée à l'huile et au pinceau (très long et très fin), avec lequel il cerne son dessin, ainsi que le poli quasi émaillé de ses fonds.

Vous trouverez un complément d'information dans les annexes, sur notre page consacrée aux modèles.

Tsugouharu Foujita

pastel

Portrait de femme avec un collier de perles

1932, Aquarelle gouache pastel et mine de plomb sur papier marouflé sur carton, 83 x 62 cm
Collection particulière, vente Phillips

Marie Caroline Carcano Zumaran est l'épouse de Martinez de Hoz Acevedo, ministre de l'économie à Buenos Aires où Foujita réside à cette période, après avoir quitté Youki qui lui préfère Desnos et parcouru l'Amérique latine, du Mexique à l'Argentine en compagnie de Madeleine.
C'est le seul pastel que nous lui connaissons.

Revenons sur sa conversion : suite à une illumination mystique à Reims, il est baptisé en 59 avec pour parrain René Lalou patron des champagnes Mumm (il a épousé la fille Dubonnet) et pour marraine Béatrice Taittinger. Cela s'appelle "savoir se placer", un savoir pétillant !
Il se consacre alors à bâtir et décorer, a fresco, la Chapelle Notre-Dame de la paix à Reims, la Chapelle Foujita (offerte par Lalou). Tsugouharu signifiant en japonais "Héritier de la paix", il semble tourner en rond, autour de lui-même.

Léonard Foujita

Photographie

Chapelle Foujita

1966, Fresques

Positivons pour conclure : un homme qui aime les chats ne peut pas être totalement mauvais.

← Précédente
↑ Haut de page ↑
Suivante →