Croix
Flèche Flèche
Lascaux AUTOUR du PASTEL Picasso
_ Lascaux _ Fouquet _ Jean Perréal _ Carrache _ François Lemoine _ Quentin de La Tour _ Toulouse-Lautrec _ Degas _ Rouault _ Picasso _
... Pastellistes → Russie

862 Rus' de Kiev 988 Baptême de Vladimir 1226 Invasion mongole Horde d'or 1462 Ivan III de Russie 1505 Vassili III 1533 Ivan IV "le Terrible" 1613 fin des Riouriks (Varègues) arrivée des Romanov 1682 Pierre le Grand 1762 Catherine II 1917 Révolution d'Octobre URSS Lénine 1924 Trotski puis Staline 1953 Krouchtchev 1964 Brejnev 1985 Gorbatchev 1991 Eltsine Effondrement de l'URSS 2000 Poutine

←   ПАСТЕЛЬ en Russie   →

Les artistes slaves sont suffisamment nombreux pour nous valoir une page particulière. Ceux (et celles) qui ont fait carrière chez nous ont été traités précédemment.
Les musées russes regorgent de pastels que vous avez vus dans les pages précédentes mais la production locale est singulièrement faible, les huiles et les aquarelles abondent mais de pastel point à quelques exceptions près que vous trouverez ci-dessous.
Vous trouverez en annexe un article consacré aux différentes écoles qui tranchent avec les nôtres : ici.
En annexe également vous pouvez peut-être parcourir L'épopée slave d'Alphonse Mucha.

Portrait

Alexandre Osipovitch Orlovsky 1777-1832

Né à Varsovie, formé sur place par Z. Norbellen et M. Bachcharelli, il déménage en Russie en 1802. Académicien en 1809 pour sa peinture Le bivouac des cosaques il travaille à partir de 1819 au bureau topographique de l'Etat-Major.
Saint-Petersbourg, Moscou, Novgorod, il voyage beaucoup très intéressé par la culture de l'Orient. Il peint et grave les cavaliers Kurdes, Bashkirs, Persans, Tatars, Kirghizes, arabes ... ; collectionneur d'armes et d'objets d'art locaux.
Grand utilisateur du pastel, nous avons trouvé plus de 40 oeuvres dans les galeries du musée d'Etat, dont celle-ci :

A.O. Orlovsky

Image

Le bashkir

1808, Pastel sur papier, 51,5 x 38,5 cm
St-Pétersbourg, Musée Russe, chateau St-Michel, sur Cultobzor

— Le cheval ressemble beaucoup à Jolly-Jumper, isn't it ?
— Yea, Rantanplov ne doit pas être loin !

Où l'on comprend que nos deux importuns ne sont pas russes.

Alexeï Venetsianov 1780-1847

Moscovite d'origine grecque, peintre autodidacte, il entre à l'académie à plus de 30 ans, bon pastelliste qui effectue nombre de portraits sur commande mais sa spécificité est dans la scène de genre, surtout paysanne. Chez nous il faudrait le placer entre Millet et Lhermite avec une génération d'avance.

Alexeï Venetsianov

Image

Epluchage des betteraves

1820, Pastel sur papier, 58 x 68 cm
Musée Russe d'Etat

Jacob Orth 1780-1861

Peintre de paysage et de portrait qui nous avait échappé, il apparaît ici, bien qu'allemand, pour son sujet et parce que ce portrait est à Saint-Petersbourg :

Y. Orth

Image

Impératrice Elizaveta Alekseïevna

1800, Pastel sur carton, 54 x 45 cm
St-Pétersbourg, Musée Russe, chateau St-Michel, Wikimedia

Née Louise Augusta de Bade (1779-1826), épouse du tsar Alexandre Ier (1777–1825*) le petit-fils-chéri de Catherine II, vainqueur de Napoléon et qui a ordonné la construction de la cathédrale du Christ-Sauveur de Moscou.
Voyez aussi son portrait à l'huile par Vigée-Lebrun (1795, Castle of Wolfsgarten) Cliquez ici

Tableau

* Selon certains Alexandre 1er aurait simulé sa mort pour expier l'assassinat de son père le tsar Paul 1er et serait devenu le starets Fiodor Kouzmitch qui, lui, est mort en 1864, sur la tombe duquel Nicolas II est venu se recueillir et qui fut canonisé en 1984.

Oreste Kiprensky 1782-1836

Sorti avec la médaille d'or de l'Académie des Beaux Arts de St-Petersbourg, peintre majuscule du Romantisme russe, portraitiste de la haute société (le portrait de Pouchkine), voyez cette étude d'atelier.

Oreste Kiprensky

Image

Modèle contre une draperie rouge

1802, Pastel, fusain, sanguine et craie sur papier
St-Pétersbourg, Musée Russe

Oreste Kiprensky

Image

Portrait

1828, Pastel sur papier, 33 x 26,5 cm

Karl Brioullov 1799-1852

Peintre russe majeur, ses parents sont français (Brulleau), sa formation est russe à l'Académie Impériale de Saint-Petersbourg, l'essentiel de son oeuvre est en Italie où il est mort. Classique tirant au Romantique il fut professeur à l'Académie comme son frère Alexandre Brioullov 1798-1877 à la fois peintre et architecte, portraitiste à l'aquarelle incontournable, qui restaura le Palais d'Hiver et participa à la peinture intérieure du dôme du Christ-Sauveur à Moscou.

Karl Brioullov

Image

Le Génie des Arts

1815, Pastel, craie et fusain sur papier
Sur MutualArt

Alexandre Brioullov

Image

Natalia Gontcharova, épouse Pouchkine

1831, Aquarelle sur papier
Musée russe de l'AS. Pouchkine, Saint-Pétersbourg

Piapiatons quelque peu.
Nathalia Nikolaïevna Gontcharova*, de noblesse récente, épouse, en 1831, Alexandre Sergueïevitch Pouchkine, francophile-phone, lecteur avide, fêtard compulsif, duelliste à répétition, poète génial, écrivain majuscule (Boris Godounov, Eugène Onéguine), dont elle est une lointaine cousine. Ils auront 4 enfants.
Georges d'Anthès (Georges-Charles de Heeckeren d'Anthès), un alsacien cornette au régiment des Chevaliers Gardes de l'impératrice, courtise Nathalie de si près que le chapeau tomba et que le cheval fit un écart en arrière, néanmoins il épouse la soeur, pas vilaine non plus, Ekaterina Nikolaïevna Gontcharova, demoiselle d'honneur, qui lui donne 4 enfants, elle aussi, mais qui meurt en couche au dernier.
Trompé de notoriété publique, Pouchkine, dont la susceptibilité est exacerbée par la "matité" de sa peau due à un arrière grand-père abyssin, provoque son beau frère, qui n'a aucun lien avec Edmond (?). Sacha dont l'humeur belliqueuse avait toujours triomphé reçoit une balle dans l'abdomen.
Et meurt.
Ah les garces ! (version féministe : Ah les c... !)
Notons que Natalia Sergueïevna Gontcharova devenue notre Nathalie Gontcharoff (que vous connaissez si vous parcourez les annexes) est l'arrière-petite fille de Catherine.
Pour continuer avec ces explorations familiales il faut dire que notre Nathalia (celle du portrait qui nous vaut ce laïus dans lequel il semble que vous flottiez un brin), après le trépas de Pouchkine s'est remariée avec le comte Pierre Lanskoï qui lui donnera 3 nouveaux enfants dont une fille Sophie Pétrovna Lanskoï qui épousera Nicolas Nikolaïevitch Chipov commandant le régiment des Chevaliers-Gardes; leur fille Nathalie fut l'épouse du général Miller le chef des Armées blanches qui, réfugié à Paris fut capturé par le NKVD (en 1937), torturé tant et plus pour finalement être exécuté dans la Lioubianca.
Il faudrait parler aussi de la nièce de Miller, Nathalie Sergueiew, une aventurière étonnante : elle parcourut Paris-Varsovie à pied dans les années 30, puis partit de Paris pour Saïgon à bicyclette, un voyage interrompu en Iran par la guerre. Les allemands, mal inspirés, après l'avoir formée à l'espionnage, l'envoient en Angleterre où elle devient agent-double.
Quelle famille !

* Quelques précisions sur les noms russes : en 1 le prénom (qui se décline), en 2 le patronyme (prénom du père + ovitch pour les hommes ou + ovna pour les femmes), en 3 le nom de famille (qui peut se décliner : ov et ine en ovna et ina, ski en skaïa). Les prénoms sont familièrement remplacés par leurs diminutifs : ex. Alexandre donne Sacha, Maria devient Macha... . Pour honorer, pas de M'sieur-dame mais Prénom et Patronyme. Les nobles n'ont pas de particule, à la différence du maire de Paris !

Portrait

Ivan Kramskoï 1837-1887

Instigateur de la Révolte des quatorze et des Ambulants, fondateur de l'Artel, voyez à ce sujet l'article dans les annexes.
Petit coloriste mais grand dessinateur il utilisait souvent, pour ses portraits, un crayon appelé "Sauce" : une sorte de pastel fait d'argile et de fusain susceptible d'être délayé à l'eau et fournissant alors une variété de lavis qu'il était susceptible de tinter en y grattant la mine de crayons de couleur (une préfiguration de nos actuels crayons aquarellables ?). Notons qu'il travaillait, avant d'intégrer l'Académie, chez des photographes qui l'utilisaient pour des retouches. Voyez ces portraits dits au pastel par les musées russes :

Ivan Kramskoy

Portrait

Portrait de Nikolai Dmitriev-Orenburgsky

1866, Pastel sur papier
Wikimedia

Ilia Repine 1844-1930

Fils de cosaque donc ukrainien et russe, élève de Kramskoï à l'Académie Impériale des Beaux Arts où il sera professeur, maître et recteur, il est le grand peintre russe de la période.

Ouvrons une parenthèse pour quelques généralités. Chez nous dès les années 60 les jeunes peintres se rebellent contre l'académisme et prennent des chemins de traverse, ce seront les Impressionnistes puis tous les Ismes qui vont se succéder sans désemparer. En Russie les mêmes causes ne produisent pas les mêmes effets. En 63, Kramskoï fonde un artel qui va devenir la Société des expositions artistiques ambulantes en 1870. Les Ambulants, c'est ainsi qu'ils sont nommés, vont faire s'épanouir le mouvement Réaliste russe. Chez nous les Réalistes et les Naturalistes comme par exemple Bastien-Lepage sont considérés, ou plutôt déconsidérés, comme des académistes attardés et sans intérêt, en Russie ils vont être des gloires nationales.

Ilia Repine

Portrait

Portrait d'Abram Arkhipov

Pastel sur papier, 73,7 x 54,6 cm
Missoula (US), musée du Montana

Une palette presque aussi discrète que la visière de Chardin.

Ilia Repine

Portrait

Portrait d'Alexandra Pavlovna Botkin

Pastel

Ilia Repine

Portrait

Portrait de Modeste Moussorgsky

1881, Huile sur toile, 69 x 57 cm
Tretyakov Gallery

Ce n'est pas un pastel mais ne soyons pas sectaires !

Moussorgsky membre du groupe des cinq avec Balakirev, Borodine, Cui et Nikolaï Rimski-Korsakov, très ami de Repine qui réalise ce portrait quelques jours avant la mort du compositeur des Tableaux d'une exposition.
L'exposition dont il s'agit fut organisée par Moussorgsky après la mort d'un autre ami : Viktor Hartmann. Elle présentait 400 dessins dont 10 furent le prétexte inspirateur des pièces de piano, atypiques, que vous connaissez.

Cliquez ici.
Portrait

Isaac Levitan 1860-1900

Juif* lituanien (la Lituanie est russe en ce temps-là et fait partie de la Zone de Résidence), très tôt moscovite et très tôt orphelin et miséreux. Formé à l'école de peinture de Moscou sous l'égide d'Alexeï Savrassov il sera paysagiste.
LE Paysagiste russe. S'il existe un paysage en Russie c'est parce que Levitan l'a peint.     ( )
Grand ami de Tchékov il aimait la nature et savait la restituer, sans artifice, sans théorie, avec sa virtuosité et son talent poétique qui saisissait spontanément l'humeur du paysage.
Il a précocement utilisé le pastel comme appoint pour des portraits mais c'est dans les 10 dernières années qu'il réalise des paysages entièrement au pastel.
Tels ceux-ci :

Isaac Ilich Levitan

Image

Journée sombre

1895, Pastel sur papier, 48 x 62 cm
Musée d'Etat, château St-Michel

Isaac Ilich Levitan

Image

Près de Bordighera, Italie du nord

1890, Pastel sur papier, 49 x 64 cm
Galerie Tretiakov

Isaac Ilich Levitan

Image

Lac de Côme, embarcadère

1894, Pastel sur papier gris marouflé sur toile, 74,5 x 105 cm
Galerie Tretyakov

Isaac Ilich Levitan

Image

Automne, domaine campagnard

1894, Pastel sur papier, 48 x 63 cm
Musée Vroubel, Omsk

* Pour lever toute ambiguïté, précisons que lorsque nous faisons mention de la judaïté ce n'est pas pour stigmatiser ni d'ailleurs pour glorifier, c'est que nous pensons qu'il s'agit d'une information utile sur la vie d'un peintre et les influences qui l'ont fait ce qu'il fut.

Yelena Klokacheva 1871-après 1918

Elena Nikandrovna Klokacheva fille, petite-fille, arrière-petite-fille et arrière-arrière... d'officiers de la Marine Impériale russe, un Klokatchev fut Vice-Amiral de la Flotte de la Mer Noire. Elle étudie à l'Académie Impériale des Arts de Saint-Pétersbourg en 92-93 et à Munich en 99, une carrière de portraitiste, surtout connue pour ce portrait :

Yelena Klokacheva

Image

Portrait de Grigori Raspoutine

1914, Pastel et crayons de couleur sur carton, 81,5 x 56 cm
St-Pétersbourg, Musée d'Etat de l'Hermitage

Ne le regardez pas trop longtemps dans les yeux, le Starets est peut-être encore en communication directe avec les instances supérieures ?

Mikhaïl Vroubel 1856-1910

Dessinateur surdoué, sublime et solitaire, mort fou, considéré dans le monde slave comme l'initiateur de l'art nouveau ou plutôt de l'art post-traditionnel et contemporain.

Mikhaïl Vroubel

Image

Perle

1904, Pastel, 35 x 43,7 cm
Galerie Tretiakov

Mikhaïl Vroubel

Image

Après le concert, portrait de Nadejda Zabela

1905, Pastel et fusain, 168 x 191,5 cm
Galerie Tretiakov

Nadejda Zabela, cantatrice était devenue Madame Vroubel en 1896.
De 1885 à 1902 Vroubel réalise le cycle du démon en illustration d'un poème de Lermontov, les toiles sont célèbres et font la célébrité de Vroubel, voyez ces dessins :

Mikhaïl Vroubel

Image

La tête du démon

1890-91

Mikhaïl Vroubel

Image

La danse de Tamara

1890-91

Chez nous il serait Symboliste. Comme Cézane il prétend que les formes sont des surfaces qu'il convient de morceler d'où l'impression de fragmentation mobile que sa peinture peut générer. Ultérieurement la peinture d'avant-garde, d'un Kandinski par exemple, ira jusqu'à les dégénérer !

Boris Koustodiev 1878-1927

Elevé pauvre chez les riches il adhérera au bolchevisme. Assistant de Répine, il voyage partout mais garde sa tripe russe. Tuberculeux, le mal de Pott le laissera paraplégique. Petit peintre, décorateur de théâtre, grand illustrateur, un brin naïf.

Boris Koustodiev

Image

Danseuse dans un cabaret

1904, Pastel sur toile, 88,5 x 71,5 cm, musée d'Etat russe

Boris Koustodiev

Image

Portrait du Dr. S. Ya. Lyoubimov et son chien

1905, Huile sur toile, 160 x 65,5 cm, musée des beaux-arts de Tioumen

Portrait de K.S. Petrov-Vodkin

1905, Pastel étude sur carton, 67 x 76,7 cm, musée d'Etat russe

Boris Koustodiev

Image

Portrait de L.P. Albrecht

1905, Pastel sur carton 76,7 x 67 cm, musée d'Etat russe

— Dis-donc, c'est Macron avec une moustache !
— Oui, sauvons-nous Brigitte doit être dans les parages !

Olga Alexandrovna Romanovna 1882-1960

Pastel
Le Grand Duc Constantin Pavlovitch
Musée russe

Le vivier de princesses germanodanoises dans lequel les tsars allaient puiser les futures tsarines était riche de jeunes et jolies pousses, parfaitement formées, élevées et éduquées. Leur éducation, justement, comprenait, outre l'étiquette et le maintien, la musique et une formation au dessin et à la peinture, pastel un peu, aquarelle beaucoup.

Parlons des Maria Fyodorovna, la première, née Sophie-Dorothée de Wurtemberg-Montbéliard (1759-1828), épouse du tsar Paul 1er est connue pour ses aquarelles et ses gravures sur l'ambre et l'ivoire. Vous l'avez rencontrée si vous avez lu les Souvenirs de Mme Vigée-Lebrun, disponibles dans nos annexes (Chapitre II, Volume 3).
Le portrait ci-contre qui représente son deuxième fils (1779-1831), jeune ici, est dit par le musée d'un auteur inconnu, mais c'est un pastel que nous attribuerions volontiers à Maria Fedorovna.
Pour l'histoire, deuxième épouse de Paul 1er, elle eut dix enfants. L'aîné fut Alexandre 1er auquel, à sa mort supposée (voir plus haut), Constantin refusa de succéder, c'est le 3è, Nicolas qui fut couronné : Nicolas 1er.

Image

Grande Duchesse Maria Fedorovna

1787, Pastel sur Papier marouflé sur toile 60 x 47 cm, musée d'Etat russe

Photo

La seconde Maria Feodorovna, née princesse Dagmar de Danemark (1847-1928), 2è fille de Christian IX, roi du Danemark, épouse le futur Alexandre III tsar de toutes les Russies et parrain post-mortem du pont du même nom à Paris, elle deviendra donc impératrice consort. Elle est la mère de Nicolas II le dernier tsar. Cette brave femme n'accepta jamais de vraiment croire que ses enfants et petits enfants aient pu être assassinés par les bolcheviks.
Notons que sa soeur aînée Alexandra, reine d'Angleterre après avoir épousé Edouard VII, est la mère de Georges V, les deux cousins, Nicolas et Georges se ressemblant au point de pouvoir passer l'un pour l'autre.
Elle était, dit-on, bonne pastellière, aimant les fleurs et les jardins presque autant que les bijoux, les toilettes et les réceptions. Vous trouverez partout ces 2 tableaux. qui lui sont attribués mais qui nous laissent dubitatifs car nous ne sommes plus en présence d'un passe-temps d'amateur mais devant des ouvrages parfaitement maîtrisés. Les transcriptions de l'alphabet cyrillique vers le nôtre et la traduction du russe à l'anglais permettent sans doute des erreurs d'attribution, surtout venant d'admirateurs aveuglés.

En revanche, il n'y a pas de doute à avoir concernant sa fille cadette, Olga Alexandrovna qui fit carrière d'aquarelliste et enseigna la peinture sur émail et porcelaine.
Soeur donc de Nicolas II elle quitta la Crimée à temps pour échapper à la vindicte meurtrière des bolcheviks, réfugiée au Danemark elle en partit après la guerre, lorsque la proximité de la chape soviétique laissait augurer des lendemains qui déchantent, pour vivre ses dix dernières années au Canada. Elle exposait, vendait, enseignait et produisit plus de 2000 oeuvres.

Olga Alexandrovna

Image

Nature morte au bouquet

1949, Aquarelle
DK, Ballerup museum

Olga Alexandrovna

Image

La terrasse

1949, Aquarelle
DK, Ballerup museum

Portrait

Alexandre Shilov 1943

Pur produit de l'URSS, il a portraituré tout ce qui comptait, honoré comme il se doit (un astéroîde porte son nom). Désormais farouche supporter de Poutine.

Alexandre Shilov

Image

Gagarine, fils de la Terre-Mère

1980, Pastel
© Russian Museum, Design and development – "Museum Plus" Content – "The Virtual Russian Museum"

Peut-on s'interroger sur le rôle de la photographie dans cette "oeuvre".

Gueorgui Chichkine 1948

Originaire de Iekaterinbourg (Oural, 4è plus grande ville russe) d'une famille de musiciens, il bénéficie d'une formation sérieuse et traditionnelle. Disposant de toutes les techniques il privilégie surtout le pastel. Installé à Monaco depuis 94. Portraitiste reconnu il puise dans la culture de son pays et crée aussi des scènes poétiques dont la dimension sensible ne demande qu'à s'intérioriser (Nous ne sommes pas très fiers de cette cuistrerie langagière qui ravira pourtant les Trissotins béats).

Gueorgui Chichkine

Image

Le lac Chirtach

1976, Pastel sur papier, 30 x 65 cm
artchichkin.narod.ru

Gueorgui Chichkine

Image

Portrait de Alexis II, Patriarche de toutes les Russies

1990, , 122 x 70 cm
artchichkin.narod.ru

Gueorgui Chichkine

Image

Portrait de Jean Marais

1995, , 122 x 100 cm
artchichkin.narod.ru

Image
Une photographie de Chichchkine réalisant le portrait, au pastel,
d'un acteur russe Жeʁaʁ Дəpaʁdjø. (source: forum.artinvestment.ru)

Tenez ! Parce que vous êtes sympathique, un peu de détente : Je vous propose d'écouter un ami de l'acteur précédent, Vladimir Poutine chantant un standard américain Blueberry Hill en s'accompagnant au piano (au moins au début). Cliquez ici.

De grands sentimentaux ces russes !

← Précédente
↑ Haut de page ↑
Suivante →