Croix
Flèche Flèche
Lascaux AUTOUR du PASTEL Picasso
_ Lascaux _ Fouquet _ Jean Perréal _ Carrache _ François Lemoine _ Quentin de La Tour _ Toulouse-Lautrec _ Degas _ Rouault _ Picasso _
Accueil → Annexes → Modèles p.1 Vers la page 2 Retour aux pastellistes

Modèles et compagnes

Nous allons consacrer ces pages à celles, modèles, égéries, épouses et compagnes, sans lesquelles la peinture n'aurait pas le même visage. Ces inspiratrices que l'on connaît, parfois sans le savoir, pour les avoir croisées dans nos musées, et que l'on reconnaîtrait s'il nous était donné d'effectuer quelque voyage temporel.

Certaines étaient ou devinrent elles-même peintres, plusieurs de ces couples ont déjà été cités dans les pages qui précèdent.

Commençons par l'Ecole de Paris, le Montparnasse cosmopolite des années folles où règnent le talent, la drogue et l'alcool, dans une atmosphère d'insouciance, d'anarchie et de fête débridée. Après la victoire et cinq millions de morts tout semble autorisé, même le délire ; la vie lâche la bonde.

Photo

Jeanne Hébuterne 1898-1920 et Modigliani

Une triste histoire pour débuter. Son frère, André Hébuterne (1894-1992) est peintre et elle étudie à la Grande Chaumière pour marcher sur ses traces. Sa beauté en aurait fait un modèle pour Dante Gabriel Rossetti ou nos symbolistes Khnopff ou Lévy-Dhurmer mais c'est d'abord Fujita qui la prend pour telle avant qu'elle rencontre Modigliani. Elle a 18 ans et lui 33, il quitte Beatrice Hasting avec qui il vivait (elle se consolera avec Radiguet avant de se suicider en 43). Amédé et Jeanne ne se quitteront plus, il la figure, le visage allongé, avec ou sans chapeau ...
Une petite fille, Jeanne (Giovana) naît l'année suivante, la famille Hébuterne renacle (il est juif !).
Amédé, alcoolique, toxicomane et tuberculeux meurt à 35 ans. Deux jours plus tard, Jeanne, enceinte de 8 mois, se jette par la fenêtre du 5è étage.
C'est la soeur d'Amedeo qui recueillera la petite Giovana qui avait été placée en nourrice, lui donnera son nom (elle n'avait pas été reconnue par son père) pour en faire la Giovana Modigliani qui est décédée en 84.

Amedeo Modigliani

Tableau

Portrait de Jeanne Hébuterne au grand chapeau

1917, Domaine public

Jeanne Hébuterne

Tableau

Portrait de Modigliani

1919, Domaine public

Photographie

Fujita est arrivé du Japon en 1913, il est sensé avoir reçu une bonne formation, il sait peindre mais surtout il sait se vendre et fait tout pour plaire. Il est plus une vedette qu'un peintre. Légaliste il est : il fait la fête mais ne boit pas et ne se drogue pas. Légaliste il est : il épouse, 5 fois. Légaliste il est : au service de l'empereur pendant la guerre, ami-ami avec Mac Arthur après Hirochima et Nagasaki. Légaliste il est : revenu en France il en prend la nationalité et se fait baptiser (Léonard). Question : sa moustache est-elle celle de Charlot ou du Führer ?

Photo

Fernande Barrey 1893-1960 et Fujita

Fernande commence sa carrière en faisant commerce de ses charmes, à 16 ans. Repérée par Modigliani et Soutine, son copain de beuverie, ils la prennent pour modèle et l'envoient aux Beaux-Arts, elle sera peintre (médiocre).
Fujita la rencontre et l'épouse immédiatement (1917). L'année suivante le couple fréquente le couple Hébuterne-Modigliani sur la côte d'azur.
Elle divorcera de Fujita pour passer à son cousin Sei Koyanagui, petit peintre aux couleurs éteintes, arrivé du Japon au début des Années Vingt, qui propose des chiens, des chats, des fleurs et des femmes nues, puis qui rentrera chez lui en 37 pour y mourir en 48.
En 38 Fujita reprendra quelques liens avec elle, en particulier pour l'aider à subvenir à ses besoins ce que le trottoir, qu'elle arpente toujours, ne suffit pas nécessairement à satisfaire !

Amedeo Modigliani

Tableau

Portrait de Fernande Barrey

1917, Domaine public

Fernande Barrey

Tableau

Rose

1925, Huile sur toile
Spencer Jon Helfen Fine Arts

Sei Koyanagui

Tableau

Nu au repos

Huile sur toile, 65 x 81 cm
Collection particulière, © Conan Hôtel d’Ainay

Nous ne savons pas si Fernande est le modèle mais elle était suffisamment éprise pour quitter son célèbre et riche époux qui se consola avec Youki.
Sei, séduisant, ressemblait beaucoup à l'acteur japonais, vedette du moment — et du muet — Sessue Hayakawa que vous connaissez, si si : beaucoup plus tard il est le commandant du camp japonais (colonel Saïto) dans Le Pont de la rivière Kwaï.

Photo

Youki (Lucie Badoud) 1903-1966 et Fujita

Quatre partenaires partagent la vie de Youki : Foujita au début, Desnos ensuite, Henry Espinouze enfin, le vin rouge et les cigarettes tout le temps (4 litres, 4 paquets, par jour bien sûr, il faut ce qu'il faut !).
Née Belge d'origine Suisse sa vie est à Paris même si Foujita lui fit faire le tour de la planète, elle le rencontre en 1921, pose et devient sa maîtresse, il l'épouse en 1929 et l'emmène au Japon où il expose comme gloire locale (et où il fuit après un redressement fiscal). Déjà Youki avait rencontré Desnos, mal aimé dans sa liaison avec Yvonne George (la chanteuse lesbienne et féministe); ils essaieront un triangle qui prendra souvent la forme d'un carré, mais foujita laisse tomber ces pratiques et s'embarque, par surprise, pour le Brésil avec Madeleine Lequeux (1931).

Tsugouharu Foujita

Tableau

Nu allongé (Youki)

1923, Huile sur toile
© Fondation Foujita / Adagp, Paris, 2018

Photo
Photo

La blancheur de sa peau lui vaut son surnom par Foujita (youki c'est la neige en japonais 雪). Les nuances de blanc de Foujita, leur transparence, faisaient se pâmer les critiques d'alors.
Parlons aussi de Robert Desnos, poète, sentimental et malheureux, puis journaliste qui rompt d'avec André Breton par refus du communisme. C'est elle qui s'impose à lui, voyez sa coupe à la garçonne pour ressembler à Yvonne George qu'il idolâtrait mais qui a le bon goût d'être emportée par la tuberculose en 29. Il la surnomme "la Sirène"* et lui écrira son amour jusqu'à la fin. La fin justement : résistant il est arrêté en 44, déporté, traîné de camp en camp il contracte le typhus et meurt, libéré, en Tchécoslovaquie.

Photo

* En référence à la sirène que Foujita lui avait tatouée sur la cuisse droite. (C'est d'un goût !)

Parlons enfin d'Henry Espinouze 1915-1982, en 45 Youki a 42 ans, l'âge de la maturité, elle vit toujours chez Desnos et y installe celui qui l'accompagnera pendant les 20 années qui lui restent. Espinouze, natif de Perpignan est un homme de culture, un peintre doué qui a fricoté avec les surréalistes et est ami avec Dali. Mais sa peinture, originale, riche parfois empâtée, volontiers onirique, variée, mais qui pose toujours question, ne se vend guère, ils vivront de ce qui reste de Foujita et de Desnos.

Henry Espinouze

Tableau

Youki assise

1964, Huile sur toile !?, 54 x 37,5 cm
Collection particulière, vente Eve

Il lui reste 2 années à vivre. Nous doutons de l'affirmation du vendeur, huile sur toile, pour ce croquis que nous verrions plutôt comme un dessin plume et encre avec lavis de sepia.

Henry Espinouze

Tableau

Surrealist fantasy

1937, Huile sur toile, 46 x 65 cm
Collection particulière

Peinture

Madeleine Lequeux 1905-1936 et Fujita

Danseuse au Casino de Paris où elle était connue comme "La panthère". Fujita la surnomme "Mady Dormans" et part avec elle pour un vaste voyage en Amérique du sud. Il est fatigué de Youki de ses bombances et de ses frasques avec Desnos auquel il la confie.
Au mexique il retrouve Rivera et Kallo. Brésil, Argentine, Chili, il sont partout, il peint beaucoup et vend beaucoup : le fisc le réclame.
Triomphe à Tokio, où Mady la danseuse se donne en spectacle et boit beaucoup trop, mais elle n'a pas la "contenance" de Youki, à trente ans elle est déjà au bout.
Elle meurt à Tokyo, noyée dans un bassin sous l'emprise de la drogue, overdose.

Tsugouharu Foujita

Tableau

Madeleine

1928, Huile encre fusain et crayon sur toile, 130 x 195 cm
Musée d'art moderne

En quittant Madeleine — qui à la différence de Mathilde n'est pas revenue — quittons aussi Foujita qui revient de son pays avec une petite serveuse de 15 ans (il en a 50) Kimiyo Horiuchi, qu'il a épousé bien sûr et qui sera la dernière.

Retour à Foujita

Sculpture

kiki de Montparnasse 1901-1953

Alice Prin, Reine de Montparnasse, bourguignonne miséreuse qui dès l'âge de 13 ans survit à Paris, apprentie, manoeuvre, bonne... à 16 ans elle commence à poser, nue, Soutine, Foujita, puis devient à 18 la compagne de Maurice Mendjizky. Après 3 années de vie commune, Kiki s'enflamme pour Man Ray, qui en fera un violoncelle, et plaque le pauvre Mendjinzky qui n'en peut-mais et épousera Rose en 1923.
Man Ray (1890-1976), américain anarcho-libertaire, dada avec Duchamp et surréaliste avec Dali, se voulait peintre et croyait que la vente de ses photographies préludait celle de sa peinture qui ne s'est jamais vendue.
Quatre années avec Man Ray. Son activité est débordante : peintre, chanteuse, animatrice de cabaret, actrice, muse, modèle, elle est de toutes les fêtes, de tous les évènements, elle est à la mode et elle est la mode, elle écrit (publiée par Henri Broca successeur de Man Ray et qui deviendra fou), elle aime, elle grossit et elle meurt. Dix vies en cinquante deux ans.

Maurice Mendjizky

Tableau

Kiki de Montparnasse

1922, Huile sur toile, 61,5 x 30 cm
Ecoles de Paris

Maurice Mendjizky

Tableau

Kiki de Montparnasse

1920, Huile sur toile, 65 x 100 cm
Collection particulière

Tsugouharu Foujita

Tableau

Nu couché à la toile de Jouy

1922, Huile encre fusain et crayon sur toile, 130 x 195 cm
Musée d'art moderne

C'est Foujita qui, incapable de prononcer correctement "Mendjizky", la baptise "Kiki". C'est un bredouillis.

Man Ray

Photographie

Le violon d'Ingres

1924, Photographie mine de plomb et encre de Chine
Centre Pompidou © D.R., Man Ray Trust / Adagp

Man Ray avait "l'oeil américain", c'est vrai qu'elle est mieux de dos ! Comme Cassat avec Degas.
Allez quelques vignettes à agrandir au clic :

vignette vignette vignette vignette vignette

Moïse Kisling

Tableau

Kiki de Montparnasse

Huile sur toile
Chimei Museum, Taiwan Tainan City

Moïse Kisling 1891-1953, peintre juif polonais, français par la Légion étrangère (guerre de 14), ami de Modigliani, un des membres éminents de l'Ecole de Paris, sa peinture est solide, simple, et heureuse.

S'il suffit de quelques pas pour passer de Montparnasse au 15è ce ne sont pas des pas que nous allons faire mais un saut, en arrière. Car c'est au 15è siècle que nous nous rendons, en pleine renaissance italienne :

Simonetta Vespucci 1463-1476 et Boticelli

Noble gênoise née Cattaneo qui épouse à quinze ans un cousin d'Amérigo Vespucci prénommé Marco. Les Vespucci gravitent dans l'entourage de Laurent "le Magnifique" qui avec son frère Julien sera un fervent admirateur de la belle, rapidement surnommée "Sans Pareille". Elle servira de modèle à tous les peintres florentins pendant un demi siècle c'est à dire après son trépas précoce dû à la tuberculose.
Botticelli dont elle figure La Naissance de Vénus et une des trois Grâces du Printemps se fera inhumer au pied de son tombeau.
Voyez cette galerie :

Tableaux

Tableaux

Le Printemps

Tableaux

La Naissance de Vénus

Rendus à Florence au quinzième siècle le moment est venu de glisser quelques mots sur l'âme damnée du grand Léonard :

Salai (Gian Giacomo Caprotti) ~1480-1524 et da Vinci

Acheté, accueilli, quasi-adopté à 10 ans, ce "petit diable" (c'est là ce que signifie salai) est le commensal de Vinci durant près de trente années. Un voyou androgyne, pardonné et plus si affinités, formé à la peinture par Léonard auquel il sert de modèle. Si certains ont été jusqu'à prétendre qu'il serait La Joconde soi-même (nous savons désormais qu'elle est Lisa Gherardini) il est, en revanche, presque assuré qu'il soit le Saint Jean-Baptiste et le Salvator Mundi voire, pourquoi pas, le Saint-Jean de La Cène et la Sainte Anne de La vierge et l'enfant.

Tableaux

Salai quitte Léonard en 1518, après son arrivée en France et se retire chez lui à Milan dans le domaine que Vinci lui laisse en cadeau. Il se marie en 1523 avant de se faire tuer (en duel ? à l'arbalète !) l'année suivante.
Il est l'auteur, supposé, de cette Joconde nue, Mona Vanna conservée à Saint-Petersbourg.

Tableaux

Un autoportrait en somme.

← Retour aux Pastellistes
↑ Haut de page ↑
Page suivante →