Croix
Flèche Flèche
Lascaux AUTOUR du PASTEL Picasso
_ Lascaux _ Fouquet _ Jean Perréal _ Carrache _ François Lemoine _ Quentin de La Tour _ Toulouse-Lautrec _ Degas _ Rouault _ Picasso _
Pastellistes → XIXème p.8

Consulat 1804 1er Empire 1814 Louis XVIII 1815 Cent-Jours 1815 Louis XVIII 1824 Charles X 1830 Louis-Philippe 1848 2è République 1852 Second Empire 1871 3è République

Les Pastellistes au XIXème siècle

Les Symbolistes

Edmond Aman-Jean 1858-1936

Aman-Jean, après des débuts on ne peut plus académiques, peut se classer, avec son ami Seurat parmi les Symbolistes, davantage par ses fréquentations, tels Mallarmé et Verlaine ou Puvis de Chavannes et le Sar Péladan, que par ses oeuvres surtout poétiques et souvent nostalgiques.
Il exposera cependant aux salons de la Rose+Croix esthétique.

vignette vignette vignette vignette vignette

Thadée Jacquet, son épouse que vous avez vue ci-dessus, est aussi représentée par ce joli buste de son amie Charlotte Besnard elle-même épouse d'Albert Besnard le peintre et graveur. Voir.

pastel

Edmond Aman-Jean

pastel

Femme aux gants

1912, Pastel, Musée des Beaux Arts de Dijon, Photograph by Rama

Sa manière dénote l'assimilation des théories chromo-luminaristes de Seurat* sans aller jusqu'au pointillisme de Signac.

* Nous comprenons que le pastel s'adapte mal au divisionnisme, ne soyez pas surpris de ne pas trouver ces peintres dans nos pages.

Jeanne Jacquemin 1863-1938

Egérie des Symbolistes, pastelliste qui s'autoportraiture dans des pastels inquiétants, une carrière brève dans une vie compliquée.

Jeanne Jacquemin

pastel

Le coeur de l'eau

1892, Pastel sur papier, 45 x 38,5 cm
Tournai, Maison Tournaisienne, photo Musée de Folklore

pastel

Jeanne Jacquemin

Collection Eric Walberg
Photo D.R.
.

pastel

Saint-Georges

1893, Pastel sur papier, 39 x 21,5 cm
Collection privée, photo : J.-D. Jumeau-Lafond

Odilon Redon 1840-1916

LE Symboliste énigmatique, LE Pastelliste qui sait que l'Art sans le Beau passe souvent à côté de celui auquel il est destiné.

Odilon Redon

pastel

Orpheus

1905, Pastel, 68 x 56,8 cm
The Cleveland Museum of Art, Gift from J. H. Wade 1926.25

La lyre et la tête d'Orphée, tué par les Ménades, emportées par l'Hèbre, s'échouent à Méthymne sur une plage du rivage de Lesbos. Là, menacé par un serpent monstrueux il est sauvé par Phébus et son ombre peut enfin retrouver son Eurydice. (Ovide, Les Métamorphoses, livre XI 50-59) Orphée, image du poète en général.

Odilon Redon

pastel

Apparition

1880-1890, Fusain et pastel, 52,5 x 47,3 cm
Digital image courtesy of the Getty's Open Content Program

Odilon Redon

pastel

Vieil ange

1892-1895, Pastel, Musée des Beaux-arts de la ville de Paris
Petit-Palais / Roger Violet

pastel

La coquille

1912, Pastel, 52 x 57,8 cm
Digital image courtesy of the Getty's Open Content Program

Une coquille qu'il réutilise, comme une mandorle, dans La naissance de Vénus Ouvrir.

Tableau

Odilon Redon

pastel

Le Bouddha

Vers 1905, Pastel sur papier beige, 90 x 73 cm
Paris, musée d'Orsay Photo RMN © Hervé Lewandowski

A la fin du feu d'artifice : le Bouquet. Quelques fleurs.

vignette vignette vignette vignette vignette

En Italie Redon fait la connaissance du baron Robert de Domecy qui lui commande quinze panneaux pour décorer son château. Ces oeuvres, à l'huile, peuplent maintenant le musée d'Orsay. Le portrait de son épouse, seul portrait à l'huile de Redon, a été précédé ou suivi (?) par celui que vous venez de voir, au pastel, son fond alimente la réflexion mélancolique de la baronne accentuée par la pâleur fantomatique du visage.
Une question est posée : la baronne existe-t-elle encore ?
Violette Heymann est, adolescente, la nièce de Marcel Kapferer, le collectionneur frère du fondateur de la Compagnie Générale Transaérienne future Air France. Redon ambitionne dans ses portrait la représentation de l'essence de l'être comme image de sa réalité, les fonds seraient alors une image du fond de la personnalité. A la fois le rêve et la source du rêve.

Odilon Redon

pastel

Madame Arthur Fontaine (Marie Escudier, born 1865)

1901, Pastel sur papier, 72,4 x 57,2 cm
New-York, le MET, the Mr. and Mrs. Henry Ittleson Jr. Purchase Fund, 1960

Arthur Fontaine, polytechnicien, rédacteur de l'article XIII du Traité de Versailles, créateur de l'OIT (Organisation Internationale du Travail), est aussi un mécène dont Paul Valéry fera l'éloge.

Marie Escudier à qui Claude Debussy a dédié son Clair de lune ne supporta pas longtemps d'être femme Fontaine, elle déserte le domicile conjugal en 1907, elle a 42 ans et devient femme "couguar". Scandale, divorce, elle épousera son jeune amant Abel Desjardins, un médecin (Tout rapprochement avec Macreux et Trognon serait malvenu !). Elle meurt en 47.
A quoi songeait cette femme en jaune parmi ces fleurs bleues ?
Que brodait-elle ?

nb. On peut se douter des rêves d'Arthur Fontaine qui écrivit Les crimes de l'étrangleur en 1917, un roman policier !

Lucien Lévy-Dhurmer 1865-1953

Symboliste, bien sûr, surtout mystérieux, ses oeuvres sont des points d'interrogation qui ouvrent davantage sur le rêve que sur une connaissance cachée.
Le pastel est son médium privilégié, il en use comme d'une palette restreinte où le bleu est souvent dominant dans ses paysages vaporeux, et les ocres-roux dans ses visages énigmatiques. Sa maîtrise est stupéfiante qui lui permet d'être à la fois net et comme poudré, en peau de pêche.
Céramiste à ses débuts, suite à une commande il fera dans l'ameublement après 1910 et pourrait trouver aussi sa place dans l'article Art-Nouveau.

Lucien Lévy-Dhurmer

pastel

Méduse ou Vagues furieuses

1897, Pastel et fusain sur papier contrecollé sur carton, 59 x 40 cm
© DR - RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Lucien Lévy-Dhurmer

pastel

Le silence

1895, Pastel sur papier, 54 x 29 cm
© DR - RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Ce tableau qui fascinait Odilon Redon aurait été inspiré à Lévy-Dhurmer par cette statue d'Auguste Préault en 1842 pour la tombe de Jacob Roblès.

Statue
vignette vignette vignette vignette
vignette vignette vignette vignette

Pierre Loti en homosexuel d'abord amoureux de lui même se pâmait d'admiration pour ce portrait par lequel il espérait que cette image de lui demeurât à jamais.

Lucien Lévy-Dhurmer

pastel

La bourrasque

1896, Pastel sur papier, 40 x 48 cm
Collection particulière

Lucien Lévy-Dhurmer

pastel

Feux d'artifice à Venise

Pastel, Petit Palais / Roger Violet

Lucien Lévy-Dhurmer

pastel

Autoportrait

1925, Pastel

Avant d'en terminer il faut ouvrir un chapitre sur la musique en général et sur Beethoven en particulier qui ont abondamment inspiré Lévy-Dhurmer.
Voyons un premier triptyque, pastel et crayon noir sur papier gris au musée du Petit-Palais :

vignette vignette vignette

Puis un second en 1906, toujours pour Beethoven, sanguine et pastel, celui-ci :

vignette vignette vignette

Et une ultime série avec Debussy, Fauré et Beethoven encore :

vignette vignette vignette vignette vignette

Fernand Khnopff 1858-1921

Belge, admirateur de Rodenbach, inspirateur de Klimt, contempteur du Sâr Péladan, parfois surréaliste avant l'heure.

Fernand Khnopff

pastel

Memories

1889, Pastel sur papier marouflé sur toile, 127 x 200 cm
Musées royaux de Belgique. Bruxelles

Khnopff n'a qu'un modèle : sa soeur qu'il multiplie ici au risque de ne plus la trouver.

Fernand Khnopff

pastel

Silence

1889, Pastel sur papier, 87,8 x 44,3 cm
Bruxelles, legs de Mme Isabelle Errera-Goldschmidt 1926

Notons au passage que ce Silence est antérieur à celui de Lévy-Dhurmer; un silence qui couvre cette oeuvre énigmatique de 1902 intitulée Secret-Reflet, pastel et crayons de couleurs sur papier 49 x 27,8 cm, ci-dessous :

pastel vignette vignette

Par définition l'ésotérisme ne s'explique pas, chacun selon son degré d'avancement y puise ce qui lui permet justement d'avancer dans sa quête personnelle d'appréhension du monde et des dieux. Des pistes peuvent toutefois être indiquées.
Deux tableaux qui n'en font qu'un, le passage du tout à l'un, c'est à dire le retour à Dieu, qui, pour nous, pauvres humains, ne peut se faire que par le constat du binaire. C'est toute la signification de la trinité.
Au dessus le tableau est dans un cercle, comme le ciel, c'est le domaine de la spiritualité, le visage se reflète dans un masque qui lui ressemble (la propre soeur de Khnopff, Marguerite). Le masque, Persona en latin, révèle la profondeur de l'être, la personnalité. La verticale est soulignée par la colonne, axis mundi, homme debout.
Au dessous le tableau est dans un rectangle, c'est le domaine de la matérialité, le bâtiment (Hôpital St-Jean à Bruges) se reflète dans le miroir horizontal de l'eau par lequel le haut devient le bas. Une plongée dans la profondeur du concret.
Alors quelle unité derrière ce binaire ? Quel miroir faut-il traverser ? Visita interiora terrae, rectificando, invenies occultum lapidem.

(Voilà pourquoi cette initiation aux pastels commence par une descente dans les grottes ornées ?)

Fernand Khnopff

pastel

Orphée ou Vision de rêveries ou Diana

1913, Crayon, crayons de couleurs et Pastel sur papier, 67,3 x 91,5 cm
Communauté française en dépot au Musée des Beaux-arts de Liège

Photo
Boite de pastels ayant
appartenue à G. Moreau

Gustave Moreau 1862-1918

Elève puis professeur aux Beaux-arts, formation académique pour une oeuvre volontiers mystique qui fait de lui l'un des éléments principaux du mouvement Symboliste.

Gustave Moreau

pastel

Portrait de son père, Louis Moreau

Pastel sur papier blanc
Musée G. Moreau (c) RMN

Gustave Moreau

pastel

Le Bosco, vu de l'académie de France à Rome

1858, Pastel, 20 x 23,5 cm
Musée G. Moreau (c) RMN © R.G. Ojeda

Gustave Moreau

pastel

Jupiter

1889-95, Pastel sur papier blanc, 80 x 50 cm
Musée G. Moreau (c) RMN © Arnaudet

Etude pour une des dernières grandes peintures, prévue pour le musée Gustave Moreau, commencée vers 1889, agrandie vers 1894 et terminée en 1895.

Gustave Moreau

pastel

Les Rois mages

Pastel, 24,9 x 21,8 cm
Musée G. Moreau (c) RMN René Gabriel Ojéda

Il s'agit d'une des études préparatoires pour l'immense tableau carré (près de 3 mètres sur 3) que l'on peut voir au premier étage du Musée Gustave Moreau.

Gustav Klimt 1862-1918

Le Symboliste viennois qui mêle la feuille d'or et la peinture. Il participe au Sezessionsstil (Sécession viennoise) équivalent autrichien du Jugendstil allemand c'est à dire notre Art nouveau, puis il reviendra à plus de sagesse avant de finir Art déco.
Ses pastels sont rares et surout peu représentatifs de son oeuvre.

Gustav Klimt

pastel

Portrait d'une femme avec une cape et un chapeau

1897, Pastel sur papier, 44,6 x 31,8 cm
The Albertina Museum, Vienna

Gustav Klimt

pastel

Porträt einer Dame

1897, Pastel sur papier, 51,1 x 27,7 cm
Allen Memorial Art Museum, Oberlin College, Ohio, USA

Alphonse Osbert 1857-1939

Revenons chez nous, à Paris plus précisément où Osbert va partager sa formation avec Aman-Jean et Seurat. Il évolue progressivement du Naturalisme vers le Symbolisme dont il devient, et restera, un représentant reconnu.

Alphonse Osbert

pastel

Muse allongée sous les arbres

vers 1910, Pastel sur papier gris, 20 x 36 cm
Photo (C) RMN-Grand Palais (musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Alphonse Osbert

pastel

"Lyricism" dans la forêt

1910, Pastel sur papier
Petit Palais

Sa production est considérable (plus de 400 oeuvres répertoriées au musée d'Orsay), des huiles surtout, mais les 2 pastels ci-dessus sont très représentatifs : un paysage serein, la lune ou le soleil qui se lève ou se couche, de l'eau éclairée en lumière rasante, et si personnages il y a ce sont une ou plusieurs femmes, hiératiques, en robe à l'antique le plus souvent blanche.

Alphonse Osbert

pastel

Sous un rayon de lune

Pastel sur papier, 40,6 x 59 cm
Petit Palais

← Précédente
↑ Haut de page ↑
Suivante →