Croix
Flèche Flèche
Lascaux AUTOUR du PASTEL Picasso
_ Lascaux _ Fouquet _ Jean Perréal _ Carrache _ François Lemoine _ Quentin de La Tour _ Toulouse-Lautrec _ Degas _ Rouault _ Picasso _
Pastellistes → XIXème p.7

Consulat 1804 1er Empire 1814 Louis XVIII 1815 Cent-Jours 1815 Louis XVIII 1824 Charles X 1830 Louis-Philippe 1848 2è République 1852 Second Empire 1871 3è République

Les Pastellistes au XIXème siècle

Nous allons consacrer ces deux dernières pages "fourre-tout" aux Barbizon, Pont-Aven, post-impressionnistes . . ., sans hésiter à déborder sur le vingtième siècle.

Le développement du réseau ferré est à prendre en compte dans l'éclosion des nouvelles écoles. Par le train, Melun est à moins d'une heure de Paris, quelques kilomètres plus loin se trouve la lisière de la forêt de Fontainebleau, et Barbizon; de même la ligne de Brest conduira à Pont-Aven ou à Concarneau.
En réaction au Romantisme qui idéalise va naître un désir de retour au concret, peindre ce que l'on voit, en attendant les temps modernes pour peindre ce que l'on pense.

Nous n'aurons pas, hélas, l'opportunité de parler de Corot qui semble ne pas connaître l'existence du pastel ! Cette huile, néanmoins, Yport sur la plage.

Tableau

Jean-François Millet 1814-1875

Réaliste, à Barbizon dès 1849, Millet est un genre à lui seul. A côté des Angélus, Semeur ou Glaneuses il produit aussi de grands pastels :

Jean-François Millet

pastel

Bergère et son troupeau 1862-63

Pastel et pierre noire, 36,4 x 47,5 cm
The J. Paul Getty Museum, Los Angeles

vignette vignette vignette vignette vignette

Jean-François Millet

pastel

Primevères

Pastel sur papier brun, 40,3 x 47,9 cm
Boston, Gift of Quincy Adams Shaw through Quincy Adams Shaw, Jr., and Mrs. Marian Shaw Haughton

Léon Lhermitte 1844-1925

Naturaliste, le peintre de la vie champêtre. Formidable dessinateur et graveur hors-pairs, pastelliste intéressant, il peint ce qu'il voit et il voit juste.
Une descendance illustre, fils Jean neuro-psy, petit-fils François patron de neurologie, arrière-petit-fils Thierry "c'est ç'la oui".

Léon Lhermitte

pastel

Meules de foin

1921, Pastel sur papier 32,5 x 46 cm
Collection particulière

Léon Lhermitte

pastel

Moisson, les lieuses de gerbes

Pastel, Petit Palais / Roger Violet

vignette vignette vignette vignette vignette

Vous avez noté que Lhermitte utilise des crayons de couleur pour accentuer les détails de ses pastels.

Van Gogh était très admiratif des oeuvres de Lhermitte, il ambitionnait devenir, lui aussi, un peintre de la vie paysanne; il a demandé à plusieurs reprises, à son frère Théo, de lui envoyer des reproductions de tableaux de Lhermitte.

Henri Gervex 1852-1929

Une formation solide aux Beaux Arts, des fréquentations Impressionnistes et des nus scandaleux, enfin reconnu avec des commandes d'Etat. Pastelliste classé Naturaliste.
Gervex, en 1918, succède à Besnard comme Président de la Société des Pastelliste qui ne survivra pas à sa mort en 29.

Henri Gervex

pastel

Dieppe, le bord de la falaise

Vers 1885, Pastel, 47 x 59,5 cm
Paris, musée d'Orsay © RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Henri de Toulouse-Lautrec 1864-1901

Aristocrate contrefait, syphilitique, alcoolique mais grand travailleur, il fréquente le bordel de la rue des Moulins et se plaît à peindre ces femmes sans grâce.
Peintre talentueux il est aussi affichiste.

Henri de Toulouse-Lautrec

pastel

Portrait de Vincent van Gogh

1887, coloured chalk on cardboard, 57 x 46 cm
Van Gogh Museum, Amsterdam (Vincent van Gogh Foundation)

Henri de Toulouse-Lautrec

pastel

Salon rue des Moulins

1894, Pastel
Albi, musée Toulouse-Lautrec

Henri de Toulouse-Lautrec

pastel

Deux filles

1890, Pastel

Henri de Toulouse-Lautrec

pastel

Jane Avril à l'entrée du Moulin-Rouge, enfilant ses gants

1892, Huile et pastel, 102 x 55,1 cm
© The Samuel Courtauld Trust, The Courtauld Gallery, London

Pauline Carolus-Duran 1839-1912

Soeur de Sophie Croizette, l'actrice admirée par Sarah Bernardt, épouse de Charles Durant dit Carolus-Duran (1837-1917), l'immense portraitiste qui ne toucha pas au pastel, dont elle est La Dame au gant (1869) et à laquelle il donna Le Baiser (1868). Leur fille Marie-Anne épousera Georges Feydeau. Paul Helleu et John Singer Sargent furent, entre autres, élèves du Maître qui faisait école, gratuite, Bd du Montparnasse.
Carolus-Duran est un académicien ouvert, ami de Manet et de Fantin-Latour, son excellence le dispensant des aventures picturales de son temps; sa vanité aussi. Mais revenons à Pauline, pastelliste, pour voir ce portrait joliment réalisé où vous apprécierez le travail de la dentelle.

Pauline Croizette

pastel

Portrait de Marguerite de Saint-Marceaux

1882, Pastel sur papier, 62 x 50 cm
Musée de Louvier

Marguerite est l'épouse de René de Saint-Marceaux, sculpteur, envié par Rodin, auteur du monument à Dumas-fils place du Gal Catroux (Malesherbes-Villiers-Legendre).
Elle tenait salon musical au 100 Bd Malesherbes qui fut peuplé par Fauré, Debussy, Ravel... Un salon très couru, un rien snob, où Proust ne fut pas admis mais qu'il prit pour modèle de celui de Mme Verdurin. Amis proustiens les Mémoires de Marguerite de Saint-Marceaux sont à lire, elles couvrent les années 1894-1927 (chez Fayard en 2007).

Albert Besnard 1849-1934

D'une famille de peintres et de sculpteur, formation traditionnelle, Grand-prix de Rome, obsèques nationales. Plafond de la Comédie Française, coupole du Petit Palais . . .
En 1835, une section dédiée aux dessins fut créée au Salon, en 1888 Roger Ballu crée la Société de Pastellistes français, en 1913 c'est Besnard qui en assure la présidence, pendant 5 ans, il est ensuite directeur de la Villa Médicis à Rome, puis celui de l'Ecole des Beaux Arts en 22.
Il est à la source du renouveau du pastel, voyez plutôt :

Albert Besnard

pastel

Baigneuse

Pastel sur papier gris, 73,2 x 40,2 cm
Musée d'Orsay, photo RMN © Hervé Lewandowski

Notez que chez Besnard les baigneuses se baignent !
Il s'agit de Madeleine Escudier (1856-1937, l'épouse d'Henri Lerolle, que Besnard a aussi représentée avec sa fille Yvonne (Cleveland Museum of Arts) et dont le portrait par Fantin-Latour est également à Cleveland. Aller les voir.

Albert Besnard

pastel

L'Eclipse

1888, Pastel sur papier gris, 47 x 37,3 cm
Musée d'Orsay, photo RMN © Hervé Lewandowski

Albert Besnard

pastel

Portrait de Mme Maciet

1888, Pastel sur papier brun, 55 x 38 cm
Musée d'Orsay, photo RMN © René-Gabriel Ojéda

Jules Maciet, collectionneur compulsif, est un des plus grands donateurs de nos musées.

Albert Besnard

pastel

Le Châle rouge

Vers 1920, Pastel sur carton, 60 x 49 cm
Collection particulière

Alors ? Au Panthéon Besnard ?

François Thévenot 1856_1943

Ce pastel de facture léchée révèle un peintre de formation classique, un portraitiste probablement professionnel. Découvert un jour dans les réserves il est signé-daté d'un auteur dont les musées et les spécialistes ne semblent pas savoir grand chose : il serait né à Paris. Point.

François Thévenot

pastel

Portrait d'un écclésiastique

1897, Pastel sur toile, 61,5 x 51 cm
musée d'Orsay

Alors que fait-il ici ? Eh bien il nous permet d'illustrer une révélation renversante :
A l'exposition universelle de 1889 à Paris, outre la Tour-Eiffel, le visiteur attentif, s'il n'avait pas encore accès à ce site, pouvait néanmoins trouver le Pavillon des Pastellistes !
Les exposants étaient ceux que vous connaissez déjà ou que vous découvrirez bientôt : Gervex, Puvis, le couple Cazin, Lhermitte, Blanche, Helleu, Lévy, Duez, J.-L. Brown, Heilbuth, Besnard... et... et Thévenot !

Le pavillon des Pastellistes Voir le Pavillon.

Emile Lévy 1826-1890

Beaux-Arts, 3è prix de Rome, Villa Médicis, peintre à tout faire : Histoire, Genre, Portraits, Huile et Pastel, très talentueux mais sans grande personnalité. Néo-classique il fait partie des fondateurs de la Société des Pastellistes.

Emile Lévy

pastel

Madame Jose-Maria de Heredia

1885, Pastel, 60 x 40 cm
musée d'Orsay

Louise Despaigne (1848-1928), espagnolo-cubaine comme de Heredia qu'elle épouse en 67. Ils eurent trois filles Hélène, Marie et Louise qui toutes trois épousèrent des hommes de lettres : Maurice Maindron puis René Doumic (directeur de la Revue des 2 Mondes) pour Hélène, Henri de Régnier pour Marie et Pierre Louÿs pour Louise (et Marie, avec modération!) puis Gilbert des Voisins toujours pour Louise.

Emile Lévy

pastel

Madame Jose-Maria de Heredia en buste

1885, Pastel, 50,5 x 40,2 cm
musée d'Orsay, photo © René-Gabriel Ojéda

Emile Lévy

pastel

Jeune fille en robe rouge

1887, Pastel, 118,5 x 86 cm
musée d'Orsay, photo © Hervé Lewandowski

Rien ne nous empêche de supposer qu'il s'agisse de l'aînée des trois filles de Heredia, Hélène née en 71 ?

Emile Lévy

pastel

Portrait de Madame Lévy

1883, Pastel, 46,2 x 37,5 cm
musée d'Orsay, photo © Hervé Lewandowski

Céline Joséphine Lévy, épouse de l'artiste, née Bidard de la Noë.

Ernest-Ange Duez 1843-1896

Parisien expatrié sur la côte normande à Villerville, venu tard à la peinture, formé chez Carolus-Duran, pastelliste réputé mais dont les oeuvres au pastel ne figurent pas au répertoire de nos musées.
Paysagiste de marine à tendance naturaliste mais aussi portraitiste et illustrateur (relisez les Travailleurs de la mer). Mort à bicyclette, comme Jean-Edern, méfiez-vous du Vélib' !

Ernest Ange Duez

pastel

Paysage

Pastel, 61,5 x 51 cm
musée d'Orsay, rmn © Hervé Lewandowski

Ferdinand Heilbuth 1826-1889

Né allemand, destiné à être rabbin, français en 69, légion d'Honneur. Un peintre délicat, ami de Charles Gleyre et admiré par Van Gogh

Ferdinand Heilbuth

pastel

La lettre

Pastel, 78,8 x 62,8 cm
Collection particulière, source Christie's

vignette

Marie Bashkirtseff 1858-1884

Une étoile filante ukrainienne, morte jeune et jolie, c'est elle qui le dit. Féministe (sous le pseudonyme de Pauline Orrel : ICI) et intelligente (elle le dit aussi mais là c'est vrai!), son journal -à lire dans les annexes- décrit son ambition et ses rêves de gloire. Ses sculptures et ses peintures, peu nombreuses, laissent entrevoir un talent qui aurait pu générer une oeuvre.
Son histoire familiale nous a donné Le roman de Marie Bashkirtseff (par Raoul Mille chez Albin Michel), vous trouverez en annexe un article sur la famille.

Marie Bashkirtseff

pastel

La comtesse Dina de Toulouse-Lautrec

1883, Pastel, 61 x 50 cm
© musée du Louvre département des Arts graphiques, © Direction des Musées de France, 2000 Photo © RMN

Ce portrait au pastel a obtenu une mention "Honorable" au salon de 83. Dina Babanine est la cousine de Marie, la fille d'oncle Georges. Deux mots pour les lecteurs du journal : Dina est le diminutif de Domenica Yegorovna, elle a épousé, en 86, le comte Alexandre de Toulouse-Lautrec, veuf et père de six enfants; veuve en 94 elle est morte à Nice, où elle tenait salon, en 1914; un destin pour lequel Marie aurait signé des deux mains.

Marie Bashkirtseff

pastel

Portrait d'Armandine

1884, Pastel, 56 x 46,5 cm
© musée du Louvre département des Arts graphiques, © Direction des Musées de France, 2001 Photo © RMN Hervé Lewandowski

Son Journal, qui l'a fait connaître, est disponible en PDF, pour le tome 1 ICI.
Il s'agit de la version "allégée", du 20è siècle; Marie, diariste prolixe, et profuse, a produit près de vingt-mille pages qui sont toujours en cours d'édition.
Nous y relevons entre autres ce bref passage, page 93, lors de l'audience papale :
"– Russes ? Alors de Pétersbourg?" (C'est le pape qui interroge)
"– Non, Saint-Père, dit maman, de la Petite-Russie."
En un siècle l'Ukraine aura fait un singulier parcours dans les chancelleries occidentales, il faut dire que l'oncle Sam a besoin de s'inventer un ennemi pour affirmer son indépendance, mais aussi, par atavisme britannique, pour tenter d'affaiblir l'Europe ?
Le tome 2 vous offre la possibilité de faire connaissance avec l'académie Julian où Marie va se former drivée par Tony Robert-Fleury. Lisez-le ICI.

Marie reconnaît elle-même être plus spontanément douée pour le dessin (nous vous proposons un florilège d'études ci-dessous) que pour la peinture, mais selon nous son problème n'est pas une question de don pour la peinture qu'elle va maîtriser rapidement, mais plutôt d'être intellectuelle et non artiste, de peindre l'idée sans préférer le beau. Ce n'est pas une esthète.

vignette vignette vignette vignette
vignette vignette vignette vignette

A propos de l'Argentine il semblerait qu'il s'agisse d'un dessin d'après une photographie d'un tableau à l'huile (disparu ?) qui aurait appartenu à Annibal Ponce un psychologue argentin.

Louise Breslau 1856-1827

Bavaroise de naissance, suissesse de nationalité, française d'adoption, rivale de Marie Bashkirtseff à l'académie Julian ou elle rencontre Madeleine Zillhardt qui ne la quittera plus, première étrangère à recevoir la Légion d'Honneur, portraitiste renommée, appréciée par Degas et Anatole France. Une jolie carrière.

Louise Breslau

pastel

Jeunes filles assises sur une banquette

1896, Pastel, 79 x 93 cm
Louvre, RMN, © H. Lewandowski

Louise Breslau

pastel

Portrait de Mlle Adeline Poznanska
La jeune fille au chien blanc

1891, Pastel, 76,5 x 30,5 cm
Orsay, RMN, © H. Lewandowski

Louise Breslau

pastel

Femme à la chemise enlevée

Pastel, fusain et craie sur papier Ingres, 62,5 x 47,8 cm
Musée de Grenoble, RMN, © J.-L. Lacroix

Louise Breslau

pastel

Autoportrait

1904, Pastel sur cardboard, 106 x 51 cm
Nice, musée Jules Chéret

Louise Breslau

pastel

Anatole France

1921, Pastel sur papier beige collé sur carton, 60,1 x 49,6 cm
Louvre, RMN, © G. Blot

Amélie Beaury-Saurel 1849-1924

Amis lecteurs du Journal de Marie Bashkirtseff vous connaissez déjà Amélie ! Elle est "l'Espagnole" contre laquelle Marie vitupère souvent. Elle épouse Julian en 95, dirige l'atelier des femmes puis prend la tête de l'académie après la mort de son créateur en 1907.
Née à Barcelone de parents français (sa mère est corse d'origine grecque), élève de Jules Lefevre, Tony Robert-Fleury et de Jean-Paul Laurens, poussée par Léon Bonnat, portraitiste reconnue... et décorée. Volontiers pastellière.

Amélie Beaury-Saurel

pastel

Dans le bleu

1894, Pastel sur toile
Toulouse, musée des Augustins, photo Daniel Martin

Jean-Charles Cazin 1841_1901 et Marie Cazin 1844-1924 et leur fils Michel Cazin

Son père François-Joseph, médecin-chirurgien militaire et de marine, est le promoteur de la phytothérapie moderne. Son frère Henri, médecin également qui succède à leur père. Une famille originaire des Hauts-de-France : Samer, Boulogne, Bercq...
Jean-Charles fut élève de Lecoq de Boisbaudran, rue de l'école de Médecine à Paris, il y côtoie Rodin, Fantin-Latour, Lhermite et Legros... et y apprend à mémoriser les sujets à dessiner ou à peindre. Au salon des refusés de 63 il se lie avec Manet, rebelle lui aussi à l'académisme tout en étant sous-tendu d'un savoir-faire classique. Il passe ensuite une dizaine d'années en Angleterre, pratique la poterie et la céramique tout en développant une technique personnelle de peinture à la cire.
Comme Manet, Cazin n'expose pas avec les Impressionnistes qu'il fréquente. Il peint de nombreuses scènes bibliques dans le décors qu'il connaît bien, celui des dunes et des plages du Nord de son enfance. Puis ce seront des paysages, un naturalisme qu'il déploie en même temps que Jules Bastien-Lepage.
Marie, née Guillet, son épouse, qui fut son élève est peintre, souvent pastelliste, et sculpteur.
Michel Cazin

Jean-Charles Cazin

pastel

Paysage de neige

Pastel sur papier, 27 x 33 cm
Collection particulière

Alfred Roll 1846-1919

Une formation sérieuse, un talent certain, il est pendant un temps quasi peintre officiel de la "troisième". A l'écart des modes, Romantique socialisant il est, Romantique il reste.

Alfred Roll

pastel

Irlandaise

Pastel sur papier, 55 x 48 cm
Bordeaux, musée des Beaux-arts, photo L. Gauthier & F. Deval

Alfred Roll

pastel

Baigneuses

1888, Pastel sur papier marouflé sur toile, 99 x 122 cm
Bordeaux, musée des Beaux-arts, photo L. Gauthier & F. Deval

Paul Mathey 1844-1929

Tandis que la critique s'agite autour de ce qui bouge, d'honnêtes tâcherons poursuivent vaille que vaille, un métier aux valeurs sûres.

Paul Mathey

pastel

Portrait de Gabriel Fauré

1870, Pastel

Fauré a ici 25 ans.
Si vous avez trois minutes devant vous nous proposons une visite du paradis, en musique. Le temps d'examiner l'admirable travail des mains et le choix, juste, de laisser le costume à l'état de dessin, créant ainsi comme un halo, un spot de lumière, noire !, qui centre la composition sur le visage.

Théodore Charles Ange Coquelin

Pastelliste montmartrois qui multiplie les natures mortes dans lesquelles, à un siècle de distance, il concurrence Liotard.

Théodore Ange Coquelin

pastel

Avant le repas

1902 Pastel sur toile, 60,3 x 73 cm
Bayonne, musée Bonnat-Helleu, cliché A. Vaquero

Théodore Ange Coquelin

pastel

Hortensias et mimosa

Pastel sur papier, 50 x 62 cm
Collection particulière

← Précédente
↑ Haut de page ↑
Suivante →