Lascaux AUTOUR du PASTEL Picasso
_ Lascaux _ Fouquet _ Jean Perréal _ Carrache _ François Lemoine _ Quentin de La Tour _ Toulouse-Lautrec _ Degas _ Rouault _ Picasso _
Pastellistes → XIXème p.2

Consulat 1804 1er Empire 1814 Louis XVIII 1815 Cent-Jours 1815 Louis XVIII 1824 Charles X 1830 Louis-Philippe 1848 2è République 1852 Second Empire 1871 3è République

Les Pastellistes au XIXème siècle

Constant Troyon 1810-1865

Ses parents peignent à la manufacture de Sèvres, il y apprend l'essentiel pour se consacrer aux paysages et surtout aux animaux, il est connu comme "le peintre des vaches". Curieusement nous ne lui connaissons qu'un seul pastel et c'est une marine.

Constant Troyon

pastel

Marine

1856, Pastel sur papier, 29,5 x 45,5 cm
Mâcon, Musée des Ursulines, © Service des musées de France, 2017

Rosa Bonheur 1822-1899

Une histoire bordelaise et familiale compliquée : sa mère née de parents inconnus a été adoptée par son vrai père. Celle-ci épouse son professeur de dessin, Raymond Bonheur, les trois enfants seront peintres et sculpteurs, formés par leur père.
Elle est LA spécialiste de la peinture animalière avec une renommé exceptionnelle : première femme Officier de la Légion d'Honneur.

Rosa Bonheur

pastel

Tête de chien

1869, Pastel, craie blanche et craie verte sur papier marron, 53 x 42 cm
Bordeaux, musée des Beaux-arts, photo F. Deval

Jamais mariée, elle vécut dans les hauts de Thomery (77) à By avec sa compagne, un peintre américain, Anna Klumpke qui réalisa le portrait que vous pouvez voir ICI. Huile

Laure Houssaye de Léomenil 1806-1866

Peintre méconnu qui a donné ce joli pastel avant la mode de l'Orientalisme.

Laure Houssaye de Léomenil

pastel

La Princesse Hosni Shah

Vers 1840, Pastel, 44 x 54 cm
Collection particulière Prince Naguib Hassan Abdalla

Puisque les sables du désert ne sont pas loin voyons ceci. Au cours de la conquête de l'Algérie :

Fournier

Capitaine au 2è de ligne, cet officier avait un joli coup de crayon :

Capitaine Fournier

pastel

Les envoyés de Ben Djelab, Cheik de Tuggurt, amenant au duc d'Aumale, commandant supérieur de la province de Constantine, les présents de leur maître, s'arrêtent dans le désert au lever du soleil, pour faire leurs prières

Entre 1843 et 1847, Pastel, 40 x 72 cm
© Chantilly, Musée Condé, © Direction des musées de France, 2007 © Rouyer Marina

Nous lui décernons le Parpaing d'or du titre le plus long !

Jean-Baptiste Antoine Emile Béranger 1814-1883

Fils d'Antoine donc frère de Charles et de Suzanne-Estelle, ce sont des peintres céramistes de la manufacture de Sèvres; sans lien avec le chansonnier.
Emile traverse le siècle sans tenir aucun compte des modes, des courants et des controverses. Son travail, méprisé par le terme de "peinture de genre" est pourtant parfaitement maîtrisé comme en témoigne ce portrait.

Emile Béranger

pastel

Portrait de femme

1851, Pastel 68,9 x 50,2 cm
Cleveland Museum of Arts, Bequest of Muriel Butkin 2009.136

Il nous semble qu'il s'agisse de sa soeur Suzanne-Estelle, épouse Apoil.

Thomas Couture 1815-1879

Discret et oublié mais théoricien, il est le professeur de Manet qui lui doit sa technique. Notons que Victorine Meurent, le modèle préféré de Manet fut aussi modèle (à 16 ans) de Couture; elle sera Olympia et "Déjeunera nue sur l'herbe".
Peintre académique qui n'utilise pas le pastel, nous disposons de cette étude cependant :

Thomas Couture

pastel

L'Empire s'appuyant sur l'Eglise et sur l'Armée pour terrasser l'Anarchie

Vers 1856, Crayon, sanguine, lavis, gouache et pastel sur papier marouflé sur toile, 1m45 x 2m20
Senlis, musée d'Art et d'Archéologie photo RMN Francis Vidal

Pierre Puvis de Chavannes 1824-1898

Le 20è siècle en avait fait un Académiste rassis, le 21è veut en faire un Impressionniste et même un Symboliste, comme toujours dans les controverses la raison doit faire la juste part. Puvis traverse le siècle et naturellement touche un peu à tous les courants; en 68 il se lie à Berthe Morizot, en 83 il expose un Orphée les Symbolistes y voient un précurseur.
Puvis, devenu de Chavannes est surtout un "muraliste", sans peindre à Fresque il décore sur panneaux, utilisant ce qu'il a vu en Italie.

Puvis de Chavannes

pastel

La Pitié (Сострадание)

1887, Pastel sur sur toile, 100 x 81 cm
Moscou, Musée Pouchkine, collection Chtchoukine

Puvis de Chavannes

pastel

Inspiration chrétienne

1887, Pastel sur aquarelle et gouache sur papier beige, 47,3 x 59,7 cm
New York, Le Met, Rogers Fund, 1965

Dédicace en haut à gauche : à mon cher Baudouin / P. Puvis de Chavannes

Puvis de Chavannes

pastel

Portrait de Trévoux

1895, Pastel et crayons conté sur papier, 40 x 29,5 cm
Tokio, The National Museum of Western Art, Matsukata Collection

Savourez ce portrait en pensant qu'il a été fait sur le modèle, pas de photo-couleur en ce temps.
Joseph Trévoux (1831-1909), peintre paysagiste, naturaliste avant l'heure, grand voyageur mais non-pastelliste.

Léon Alègre 1813-1884

Place à un "petit" peintre et bienfaiteur local, créateur du musée de Bagnols-sur-Cèze. Fils de teinturier il est normal qu'il ait tâté du pastel.

Léon Alègre

pastel

L'oeuf dur

1865, Pastel sur toile, 39,4 x 47,3 cm
Bagnols-sur-Cèze, musée Léon-Alègre, © Service des musées de France, 2014
Photo © musées de Bagnols-sur-Cèze

Félix Bracquemond 1833-1914

Surtout graveur et céramiste il est aussi peintre, il va d'abord côtoyer les élèves d'Ingres et y rencontrer Marie qu'il épouse, puis les impressionnistes qu'il impressionne et tente d'initier à la gravure, c'est lui qui lance la vogue du japonisme et, pour ce qui nous intéresse ici, a produit ce bijou :

Félix Bracquemond

pastel

Portrait du docteur Horace de Montègre

1860, pastel sur papier chamois collé sur châssis entoilé, 59 x 44,7 cm
Paris, musée d'Orsay © photo RMN

Le docteur de Montègre (1806-1864) est un des pères du positivisme (avec Auguste Comte et Emile Littré)
La patience du graveur et la méticulosité du céramiste transparaissent dans le soin apporté à la signature.

Félix Bracquemond

pastel

Le Génie du feu

1875, Mixte pastel et gouache sur papier collé sur châssis entoilé, 61 x 80 cm
Bordeaux, Musée des Beaux-Arts, Cliché L. Gauthier, F. Deval

Un pastel qui appartenait à Jules Chéret.

James Tissot 1836-1902

A cheval sur deux périodes, le Second Empire et la Belle Epoque et sur deux pays, le sien, la France, et la Grande Bretagne, il a reçu une formation classique aux Beaux-arts de Paris, il sympathise avec tout le monde mais n'adhère à aucun mouvement.
Il est le peintre de l'élégance féminine et des robes compliquées. Une première période, jusqu'en 70 à Paris, puis une deuxième à Londres (ou de Jacques-Joseph il devient James) et enfin une troisième après son retour en France et sa révélation religieuse qui l'amène à se consacrer aux sujets bibliques.
Ces pastels pour ce "petit" maître au savoir faire impressionnant.

James Tissot

pastel

La princesse de Broglie

1895, pastel sur toile, 168 x 96,8 cm
Private collection

James Tissot

pastel

Berthe

1883, crayon graphite et pastel
Petit Palais / Roger Violet

Nous pensons évidemment à Berthe Morisot que Tissot a bien connu. En 1874 lors du voyage-lune de miel que Berthe fit à Londres ils, Eugène Manet et son épouse de fraîche date, rencontrèrent Tissot qui les reçut et leur fit visiter la ville. Manet était proche de Tissot, Degas avait insisté, sans succès, pour qu'ils participent à la première exposition de ceux qui devinrent les Impressionnistes.
La ressemblance est plausible et Tissot a bien pu la prendre pour modèle, elle que Manet a souvent représentée. Mais la date ne "colle" pas avec la jeunesse presque adolescente du portrait, en 82 Berthe Morisot a 41 ans, Manet vient de mourir, alors qui est cette Berthe là ?
Notons aussi que le minois de Mme Vigée Lebrun dans son Autoportrait en costume de voyage n'est pas loin.
Quoi qu'il en soit voyez ce gros plan pour apprécier la virtuosité et l'aisance du trait; les hachures sont si justes qu'il n'est pas nécessaire de les estomper. Quelle facilité !

pastel

— Dites-donc, et si c'était Berthe Roblès ? Vous la connaissez ? Elle est devenue Mme Paul Signac ?
— Il me semble que son nez était plus long. Quoi-que...
— Elle aimait bien ce genre de chapeau.
— Là c'est vrai.
— Et que dites-vous de ces lèvres appétissantes ?
— Je dis que nous sommes là pour parler peinture, pas pour draguer des modèles du siècle dernier !

James Tissot

pastel

Journal

1883, Pastel.

James Tissot

pastel

Clothilde Briatte, comtesse Pillet-Will

1883-85, pastel sur toile, 91 x 160,5 cm
Private collection

Pillet-Will est Directeur de la Banque de France.

James Tissot

pastel

La vicomtesse de Montmorand

1889, pastel, 162,5 x 81,3 cm
Private collection

La robe est belle et si elle est vicomtesse Nadine peut être baronne.

Fortuné Layraud 1833-1913

Berger pauvre et inculte repéré à 20 ans par le curé du village il va étudier aux Beaux-arts de Marseille puis de Paris. Carrière fulgurante, Prix de Rome en 63, villa Médicis jusqu'en 70, il y est à l'écart, ou à l'abri comme on voudra, des contestataires et des novateurs. A Lisbonne, où il est chargé de peindre le portrait du roi, il rencontre Pauline Saunier qui se sépare de son mari et ne quittera plus Fortuné le bien nommé !

Fortuné Layraud

pastel

Portrait de Madame Saunier

1887, Fusain rehaussé de pastel brun sur papier gris, 62 x 38 cm
Valenciennes, Musée des Beaux-Arts

← Précédente
↑ Haut de page ↑
Suivante →